PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Marchés financiers

CHRONIQUE DES CHEFS ÉCONOMISTES

Ciao Mario!



282394.jpg

Ilario Attasio, head of group investment research chez KBL epb. (Photo: KBL epb)

En tant que président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi a marqué l’histoire de cette institution avec des mesures phares telles que le «quantitative easing». Ilario Attasi, head of group investment research de KBL European Private Bankers, dresse un bilan de cette présidence qui vient de se terminer.

Le 24 octobre, Mario Draghi a présidé sa dernière réunion de la Banque centrale européenne. Il y a beaucoup à dire sur lui et les commentaires de la presse sont allés de la période «whatever it takes» à la discorde actuelle au sein du comité politique décisif, après les dernières décisions visant à baisser les taux d’intérêt et à renouveler l’assouplissement quantitatif.

Mais la décision qui a peut-être eu le plus d’impact a été de pousser les taux en territoire négatif. Cela a tout simplement bouleversé la logique des titres à revenu fixe. Lorsque vous êtes payés pour emprunter, les points de vue traditionnels concernant le coût moyen pondéré du capital et les méthodes d’actualisation des flux de trésorerie sont vraiment remis en question.

L’approche des marchés de capitaux est donc complètement différente. Cela explique également pourquoi certaines entreprises, dont la cote de crédit des obligations pourries est inférieure à 1%, ont réussi à se financer elles-mêmes. Cette approche crée également des sociétés dites «zombies», c’est-à-dire des sociétés qui auraient fait faillite sans les coûts de financement extrêmement bas.

Sans Super Mario, nous n’aurions peut-être pas l’euro aujourd’hui.
Ilario Attasi

Ilario Attasi,  head of group investment research,  KBL epb

Cela entrave aussi la destruction créatrice et la loi du plus fort. Le secteur bancaire européen a aussi été touché, étant donné la chute de la rentabilité. Comme les banques en Europe sont la principale source de financement, contrairement aux États-Unis où les marchés de capitaux jouent un rôle de premier plan dans l’économie mondiale, les taux négatifs n’ont pas été bénéfiques pour les prêts.

En fin de compte, rien n’indique que des taux négatifs aient stimulé l’activité de crédit ou même boosté la consommation. Un bon exemple est l’Allemagne, où le taux d’épargne des ménages est passé de moins de 8% à plus de 10% au cours des cinq dernières années. Dans des sociétés vieillissantes, les gens estiment qu’ils ont besoin d’épargner davantage pour garantir leur niveau de vie.

Il serait injuste de ne voir que les aspects potentiellement négatifs de l’héritage de Draghi.
Ilario Attasi

Ilario Attasi,  head of group investment research,  KBL epb

Cependant, il serait injuste de ne voir que les aspects potentiellement négatifs de l’héritage de Draghi. Sans Super Mario, nous n’aurions en effet peut-être pas l’euro aujourd’hui. Il est presque impossible d’évaluer ce qui se serait passé sans ses politiques, que certains appellent «la politique de la corde raide». N’aurions-nous pas sombré dans la déflation? N’aurions-nous pas assisté à une lutte pour la survie d’un pays comme l’Italie où l’endettement est élevé et le paysage bancaire affaibli?

La véritable faiblesse de tout président de la BCE réside dans les énormes disparités auxquelles il doit faire face lorsqu’il est à la tête de la Banque centrale. Le bon dosage de politiques pour l’Europe du Sud est complètement différent de celui pour le Nord avec des pays comme l’Allemagne et les Pays-Bas, par exemple. Il semble impossible de satisfaire tout le monde. Dans cet esprit, disons simplement Ciao Mario, grazie ed arrivederci!