ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Green Events

Une charte pour des événements écoresponsables



267872.jpg

Les couverts et assiettes jetables, c’est du passé.  (Photo: Shutterstock)

Sous l’impulsion de la ministre de l’Environnement Carole Dieschbourg, le Luxembourg tient à se démarquer au travers de sa politique écologique. Un nouvel outil vient donc de voir le jour: Green Events. Une page web destinée à inciter les organisateurs d’événements à devenir écoresponsables.

À quoi ressembleront les fêtes de demain? Le ministère de l’Environnement, en collaboration avec SuperDrecksKëscht  et Oekozenter Pafendall , espère en tout cas qu’elles seront bien plus ‘vertes’ qu’actuellement. Pour promouvoir l’écoresponsabilité auprès des organisateurs d’événements, la ministre Carole Dieschbourg a mis en place une page web truffée de recommandations pour organiser des fêtes ayant moins d’impact sur l’environnement. 

Des fêtes sans déchets, auxquelles les participants se rendent sans voiture, consomment des produits locaux et biologiques dans de la vaisselle réutilisable et sont informés des actions ‘vertes’ de l’organisation: c’est l’objectif souhaité par le gouvernement, qui a lancé un label pour ceux qui misent sur l’écologie dans la mise en œuvre de leur événement. 

Un logo ‘Green Events’

Le logo ‘Green Events’ est attribué à des événements ou des actions en faveur de l’environnement et du climat. Il peut être attribué à tous types de soirées: culturelles, musicales, sportives, kermesses, marchés de Noël... 

Pour obtenir le logo ‘Green Events’, il faut répondre à l’ensemble des critères obligatoires repris sur la liste disponible sur le site lancé à cet effet. Mais le ministère a également prévu de récompenser les initiatives de plus faible envergure avec le logo ‘Mir engagéieren eis’, qui sera octroyé aux organisateurs qui répondent à la moitié des critères obligatoires. 

Chaque geste compte pour préserver la planète. Le site internet reprend donc toute une série de conseils répertoriés par thème pour aller plus loin dans l’écoresponsabilité: communication et marketing, décoration et matériel, alimentation et boissons, déchets, eau et sanitaire, énergie et engagement environnemental. 

Des événements déjà ‘green’

Les organisateurs d’événements n’ont toutefois pas attendu cet outil pour développer leur politique écologique. Au Paperjam Club, cela fait très longtemps qu’il n’y a plus de vaisselle jetable lors de leurs soirées.

«On ne commande jamais de thon rouge ni de foie gras, on limite la viande rouge à 10% du menu et la moitié de l’offre est systématiquement végétarienne. On demande également à nos fournisseurs de travailler avec des produits locaux et de saison. On envoie les ‘reminders' juste avant l’événement pour adapter les quantités au nombre réel d’invités et éviter ainsi le gaspillage alimentaire», précise Julien Delpy , directeur du Club. 

Sodexo, qui organise également de nombreux événements, mise aussi sur les produits locaux et les circuits courts. «On propose également du mobilier ‘écoconçu’ en bois ou en carton. Le tri des déchets organiques ou non fait aussi partie de notre offre. Nous avons signé la charte pour l’abandon du plastique à usage unique d’IMS, donc nous évitons d’utiliser ce matériau dans nos événements. On continue à travailler dans ce sens pour amener encore d’autres aménagements», détaille Laurence Graff, directrice de la communication chez Sodexo. 

L’initiative gouvernementale colle donc à l’ère du temps, mais elle risque d’être plus intéressante pour les petites entreprises qui n’ont pas encore développé de politique écologique.