POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

coronavirus

La Chambre de commerce annule son Nouvel An chinois



La Chambre de commerce ne célébrera pas le début de l’année du Rat, par respect pour la tragédie vécue par les Chinois. (Photo: Matic Zorman)

La Chambre de commerce ne célébrera pas le début de l’année du Rat, par respect pour la tragédie vécue par les Chinois. (Photo: Matic Zorman)

La réception du Nouvel An chinois de la Chambre de commerce Luxembourg est un des événements les plus importants en termes d’affluence. Décision a été prise de l’annuler cette année.

Chaque année, la Chambre de commerce Luxembourg organise une réception en l’honneur du Nouvel An chinois. Mais il ne sera pas question de célébrer cette fois le début de l’année du Rat, puisque l’événement qui devait avoir lieu mardi soir a été annulé.

«C’est sans doute la réception où nous recevons le plus de monde», explique Carlo Thelen , le directeur général de la Chambre de commerce. «Mais en raison de l’épidémie de coronavirus, nous ne pouvions décemment la maintenir. Nous ne pouvons ignorer que plus de 1.000 personnes sont mortes, que le bilan va encore s’alourdir, que des familles souffrent… Cette annulation est une mesure évidente de respect quand on prend la mesure de la tragédie vécue par les Chinois.»

Relancer les chaînes logistiques

L’épidémie n’est pas sans avoir des effets auprès de nombreuses entreprises luxembourgeoises. C’est  notamment le cas de Circuit Foil , qui  exporte 60% de ses feuilles de cuivre vers l’Asie . «Nous sommes face à une situation compliquée, car la chaîne logistique a été mise à l’arrêt. Et la relancer est complexe et coûte très cher», commente Fabienne Bozet, la CEO de l’entreprise. 

En Chine, où Circuit Foil dispose d’un centre de services qui occupe 70 personnes, «l’activité a été à l’arrêt. Nous n’avons pu reprendre le travail que ce mercredi, et 75% du personnel est venu. Mais on comprend vite les difficultés que cela représente», note encore la CEO. D’autant que certains employés pourraient encore connaître une mise en quarantaine et être tenus à l’écart des bureaux durant 14 jours.

«Nous sommes dans une économie mondialisée dans laquelle la Chine pèse lourd. Croire que les entreprises luxembourgeoises seront épargnées par la production à l’arrêt suite à l’épidémie n’est pas plausible. En Chine, 80% de la production a été stoppée dans les régions les plus touchées par le virus, seul fonctionne ce qui représente une nécessité vitale pour le pays. Il y aura donc un impact global», analyse Carlo Thelen.

Le retard sera compensé au fil de l’année

Qui prédit donc un premier trimestre en berne sur le plan des résultats économiques. «Mais c’est sans doute un mal passager. Je pense que les autorités chinoises, après quelques atermoiements, ont pris la bonne décision en se montrant aussi radicales. C’est dur pour le moment, mais on peut estimer que le retard pris sur le plan économique sera rattrapé durant le reste de l’année. Attendre avant de prendre des mesures fortes aurait sans doute eu des conséquences négatives, retardé le moment où l’épidémie va décroître et généré de l’incertitude», conclut Carlo Thelen.

Qui est convaincu que les entreprises luxembourgeoises les plus concernées ont su ou sauront s’adapter à la situation. Ce qui est évidemment «une nécessité absolue».