POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Fonction publique

La CGFP exige la vaccination des enseignants et policiers



«Déclarer la fin de la discussion sur les personnes à vacciner en priorité est un affront pour tous ces fonctionnaires qui, dans des conditions parfois difficiles, mettent leur santé en danger chaque jour», affirme la CGFP. (Photo: Sebastien Goossens/SG9/archives)

«Déclarer la fin de la discussion sur les personnes à vacciner en priorité est un affront pour tous ces fonctionnaires qui, dans des conditions parfois difficiles, mettent leur santé en danger chaque jour», affirme la CGFP. (Photo: Sebastien Goossens/SG9/archives)

La Confédération générale de la fonction publique réclame la vaccination en priorité de certains groupes professionnels, comme les enseignants et les policiers.

La CGFP (Confédération générale de la fonction publique) exige de donner la priorité à la vaccination à certains groupes professionnels, comme les enseignants et les policiers, «exposés à un risque accru, ce que le gouvernement refuse toujours», précise le communiqué de la CGFP diffusé ce lundi 26 avril.

«Depuis la semaine dernière, des jeunes de 30 à 54 ans ont pu s’inscrire volontairement pour une vaccination avec le vaccin AstraZeneca. Par la suite, le Premier ministre Xavier Bettel (DP) a déclaré que la discussion sur la priorisation des groupes professionnels était désormais obsolète», ajoute le communiqué. 

Le personnel pénitentiaire vacciné

«Ce changement de cap est bien entendu discutable, à la fois juridiquement et éthiquement. La CGFP a été informée, entre autres, que les ministres chargés de l’éducation et de la police avaient préconisé une priorisation de la vaccination. Cependant, ils n’ont pas trouvé d’audience lors du conseil des ministres. De toute évidence, il y a des divergences d’opinions au sein de la coalition à ce sujet.»

Et si la CGFP se félicite de la vaccination du personnel pénitentiaire, pour laquelle elle a œuvré, elle estime que «déclarer la fin de la discussion sur les personnes à vacciner en priorité est un affront pour tous ces fonctionnaires qui, dans des conditions parfois difficiles, mettent leur santé en danger chaque jour. Il n’y a pas si longtemps, l’engagement sans précédent des fonctionnaires dans la lutte contre la crise [a été salué]. Aujourd’hui, le gouvernement refuse de donner aux fonctionnaires de première ligne un accès plus rapide à l’agent protecteur.»

Nouvelle réunion le 3 mai

Et la CGFP pourra une nouvelle fois énoncer ses revendications auprès du Premier ministre Xavier Bettel (DP), la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) et le ministre de la Fonction publique Marc Hansen (DP) à l’occasion d’une réunion qui aura lieu le 3 mai.