LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Carrière

Mon premier job (4/10)

«C’était extraordinaire comme premier job»



Patrick Hoffnung a commencé à travailler dans le tourisme à 18 ans.  (Photo: Nader Ghavami)

Patrick Hoffnung a commencé à travailler dans le tourisme à 18 ans.  (Photo: Nader Ghavami)

Quels ont été leur premier job d’étudiant, leur premier métier et leur premier salaire? Qu’en ont-ils fait, et quelle expérience en ont-ils retirée? Delano et Paperjam ont posé la question à une dizaine de personnalités au Luxembourg. Cette semaine: Patrick Hoffnung, directeur de Luxembourg Congrès.

Quel a été votre premier job étudiant?

Patrick Hoffnung. – «Je faisais mes études à Aix-en-Provence et je remontais tous les étés dans ma famille à Nancy. J’étais guide-conférencier et je faisais des visites de la ville durant l’été. Dans le même temps, je travaillais à l’Office du tourisme. Il y avait un programme dont j’avais la charge qui s’appelait ‘Vacances pour ceux qui restent’. C’était très sympa, avec un aspect social. La ville de Nancy et l’Office du tourisme proposaient des activités pour les personnes qui ne partaient pas en vacances, ou du moins pas à ce moment-là. J’avais 18 ans et ce fut une bonne expérience et même mes premiers pas dans le secteur du tourisme, un secteur dans lequel je suis resté toute ma vie.

Quelle a été la rémunération de ce job étudiant et qu’avez-vous fait de ce premier salaire?

«C’était dans les années 80, en francs français. Je pense que cela devait tourner autour des 800 euros. Une somme que j’ai dépensée pour aller en vacances.

Quel a été votre premier «vrai» job?

«J’étais chargé d’études au comité départemental de tourisme des Bouches-du-Rhône Provence à Marseille. J’ai mis en place l’Observatoire départemental du tourisme des Bouches-du-Rhône, puis j’ai réalisé le schéma départemental de développement du tourisme pour la Provence. C’était extraordinaire comme premier job. C’était quelque chose de nouveau à un moment où le tourisme était désormais considéré comme une science, chose qui n’était pas le cas auparavant. On s’occupait de marketing, d’études, d’analyses, d’observatoire, de système de comptage, etc. C’était vraiment toute une nouvelle dynamique en France. C’était passionnant. J’étais le responsable de l’Observatoire, mais j’étais aussi membre technique du système régional du système d’observation et d’analyse du tourisme Provence Côte d’Azur. Je suis resté 7 ans.

Quelle a été la rémunération de ce job et qu’avez-vous fait avec votre premier salaire?

«Je ne m’en souviens pas vraiment, mais cela ne devait pas aller chercher très loin. Je pense autour de l’équivalent de 1.200 à 1.500 euros. Je n’ai pas fait un achat en particulier, je devais payer mon loyer et mes courses pour pouvoir manger. Je payais ma vie avec mon salaire. C’était un premier salaire, mais c’était surtout l’indépendance, pouvoir vivre seul.

Aujourd’hui, que diriez-vous à ce jeune Patrick Hoffnung vous tendant un CV pour un premier emploi?

«Ce qui est un important dans son CV, c’est qu’il a un grand nombre d’expérience grâce à ses stages et ses différentes expériences, même non rémunérés, ce qui va lui donner un avantage au moment de postuler. Notamment les expériences internationales. Sur un premier CV, cela montre un grand nombre de choses comme la volonté et l’enthousiasme du candidat.»