ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Ce 4e vendredi de novembre

Le Black Friday s’allonge et évolue



L’opération ne se limite plus au quatrième vendredi de novembre.  (Photo: Paperjam)

L’opération ne se limite plus au quatrième vendredi de novembre.  (Photo: Paperjam)

Le Black Friday ne se limite plus au seul quatrième vendredi du mois de novembre, mais s’étend sur une semaine au moins, avec parfois des nuances aussi bien dans le positionnement des commerces que dans leur domaine d’activité.

Les offres promotionnelles estampillées Black Friday pullulent déjà dans la plupart des commerces. Si elle est programmée ce vendredi, l’opération organisée au lendemain de la fête américaine de Thanksgiving s’étire sur plusieurs jours, histoire de capter un maximum de visibilité.

«Beaucoup de marques internationales ont décidé cette année d’assimiler le Black Friday aux ‘mid-season sales’», observe Éric Santeramo, dirigeant de Feel Good Group Capital, qui totalise 21 boutiques actives dans le prêt-à-porter au Luxembourg.

Le franchisé ne le cache pas, il mise sur cette semaine d’actions promotionnelles pour réaliser un chiffre d’affaires équivalent à celui d’un mois d’activité. «Clairement, l’année 2021 sera bonne si ces six dernières semaines d’activité sont bonnes, donc nous croisons les doigts», dit-il.

Concurrence marquée

Étendre l’opération dans le temps, c’est aussi l’occasion pour le commerce physique de rivaliser avec les offres du Cyber Monday, opération prévue ce lundi 29 novembre sur de nombreux sites web. Mais ces derniers n’ont pas attendu le jour J pour proposer des offres promotionnelles aux clients. Il faut dire qu’à près d’un mois de Noël, la course aux cadeaux est résolument lancée.

Mais l’opération dépasse de loin ces achats: de nombreux commerces emboîtent le pas. Par exemple, les cinémas Kinepolis annoncent des remises sur les coffrets cadeaux, le concessionnaire automobile Autopolis brandit des offres déstockage tandis que l’enseigne de boucherie Emo promet des réductions allant jusqu’à 30%.

Dans les centres commerciaux, l’agenda est rempli avec des animations et des plages horaires étendues: vendredi marque une ouverture prolongée, jusqu’à 21h pour celui de la Cloche d’Or et du Kirchberg, jusqu’à 22h pour Belval Plaza et même minuit pour la Belle Étoile. Le dimanche 28 marque aussi le coup d’envoi des ouvertures dominicales exceptionnelles de fin d’année.

Ceci n’est pas un Black Friday

Mais le Black Friday est aussi perçu comme un amplificateur de la surconsommation, raison pour laquelle certaines enseignes s’en distancient, officiellement du moins. Exemple avec Nature & Découvertes qui – tout comme en 2020 – tourne le dos à l’opération. L’enseigne française propose néanmoins une «semaine privilège» avec des ristournes à la clé. Decathlon aussi tourne le dos au Black Friday et lui préfère le Back Friday: une reprise de matériel sportif usagé, en échange d’un bon d’achat à valoir dans l’enseigne.

Aucune opération n’apparaît comme totalement désintéressée, et les consommateurs peuvent perdre leurs repères dans cette jungle d’offres parfois alléchantes. Voilà pourquoi le CEC Luxembourg (Centre européen des consommateurs) annonce la mise en place d’une hotline téléphonique le 3 décembre prochain, entre 11h et 14h. Cinq juristes seront mobilisés pour répondre aux interrogations des particuliers au sujet de soucis de livraison ou de frais supplémentaires cachés. Un consommateur averti en vaut deux.