PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

Fonds alternatifs

Les besoins spécifiques des investisseurs du marché privé en matière de data ESG



Riccardo Lamanna, directeur de succursale et responsable pour le Luxembourg chez State Street, s’est entretenu avec Delano en fin d’année dernière au sujet des besoins en données ESG des gestionnaires d’actifs et des investisseurs du marché privé. (Photo: State Street)

Riccardo Lamanna, directeur de succursale et responsable pour le Luxembourg chez State Street, s’est entretenu avec Delano en fin d’année dernière au sujet des besoins en données ESG des gestionnaires d’actifs et des investisseurs du marché privé. (Photo: State Street)

Les investisseurs en fonds alternatifs recherchent en grande partie les mêmes données ESG que les investisseurs de fonds traditionnels, mais avec quelques nuances complexes, selon Riccardo Lamanna, responsable de la banque dépositaire State Street au Luxembourg.

Les informations relatives aux investissements sur le marché privé peuvent être très nuancées et très peu structurées, a expliqué Riccardo Lamanna lors d’une interview. Il a déclaré qu’une centaine de ses 1.000 employés au Luxembourg travaillent sur les fonds alternatifs (sans compter l’acquisition annoncée par State Street des opérations de services aux investisseurs de Brown Brothers Harriman), et qu’il s’agit d’une part croissante de son activité.

De votre point de vue, quels sont les principaux défis en matière d’ESG – qu’ils soient réglementaires ou liés aux données – auxquels sont confrontées les sociétés de fonds du marché privé à l’heure actuelle?

Riccardo Lamanna . – «Si nous regardons les marchés privés, les questions liées à l’ESG ne sont pas trop différentes de ce que nous voyons dans le monde traditionnel, mais avec un peu plus de complexité, malgré la nature non structurée des classes d’actifs dont nous parlons. À l’instar de ce qui se passe sur le marché traditionnel, différentes tendances poussent les gestionnaires d’actifs alternatifs à se concentrer de plus en plus sur l’ESG.

Il y a un impact réglementaire à venir, qui n’est pas différent de ce que nous observons dans la gestion d’actifs traditionnelle, avec le règlement sur la divulgation des informations relatives au financement durable . Il y a également un impact et une réglementation spécifiques qui se profilent pour les gestionnaires d’actifs alternatifs.

Je dirais que c’est surtout la pression exercée par les investisseurs qui est le principal défi. Pourquoi? En général, jusqu’à récemment, les investissements en immobilier, en capital-investissement et en dette privée étaient davantage destinés aux particuliers fortunés et à certains clients institutionnels. Ces classes d’actifs attirent de plus en plus les propriétaires d’actifs et les assurances. En général, ces acteurs accordent beaucoup d’attention aux facteurs ESG, car ils doivent respecter leurs propres politiques et engagements pris en la matière. Et, évidemment, ils ont besoin d’investir dans quelque chose qui soit significatif du point de vue ESG.

Ce n’est pas différent de ce que nous voyons dans d’autres classes d’actifs, mais ici, cela devient un peu plus spécifique en raison des besoins des investisseurs. De l’autre côté, vous avez, bien évidemment, les acteurs du capital-développement. Les nouvelles entreprises ont besoin d’attirer des capitaux et des financements. Au tout début de leur construction, elles peuvent sembler ne pas s’intéresser à l’ESG, mais si vous y regardez de plus près, le besoin de financement les oblige à se comporter en fonction des facteurs ESG.

C’est un peu différent selon le type d’actifs que vous examinez. Ainsi, si vous pensez à l’immobilier, c’est principalement le facteur environnemental qui compte. C’est sur ce point que vous vous concentrerez, car l’impact de l’immobilier sur l’environnement est évidemment très important. Mais, si l’on se place du point de vue du gestionnaire d’actifs et de ses clients, il y a aussi l’aspect social. En effet, si vous investissez dans l’immobilier commercial, vous voulez savoir qui sont les locataires. Et vous voulez comprendre la nature des locataires. Ainsi, si vous investissez au nom d’un propriétaire d’actifs ou d’un fonds de pension, vous ne voudrez peut-être pas investir dans un immeuble dont une partie est louée à un fabricant de tabac ou d’armes...

L’autre commentaire que nous devons faire est que, comme au tout début de l’ESG, pour les actifs traditionnels, il y a très peu de normalisation des informations ESG provenant des actifs privés. La couverture est limitée, parce que nous parlons, dans de nombreux cas, de petites entreprises. Et dans de nombreux cas, nous parlons d’informations très sophistiquées et complexes, comme celles que j’ai mentionnées précédemment. Par exemple, si vous voulez examiner vos locataires et obtenir des informations au niveau des investisseurs sur les locataires, cela devient assez compliqué. Et la disponibilité de l’information, associée à la complexité de l’information, qui, d’une certaine manière, est faite sur mesure pour un investissement spécifique, fait qu’il est très difficile de collecter l’information d’une manière qui peut être efficacement utilisée et introduite dans le système dont vous avez besoin ou le processus que vous envisagez. Nous sommes donc confrontés à un environnement assez difficile d’un point de vue ESG et il faut des systèmes et des rapports sophistiqués pour répondre aux besoins des gestionnaires d’actifs.

Ensuite, vous disposez de beaucoup d’informations uniques et spécifiques provenant des entreprises ou des projets. Comment pouvez-vous fournir des rapports standardisés ou harmonisés au gestionnaire d’actifs ou à l’investisseur?

«C’est effectivement une approche compliquée, si vous pensez à la façon dont l’information circule des entreprises vers les gestionnaires d’actifs, puis à la façon dont vous la rendez disponible, parce que la source de l’information est généralement non structurée. Non seulement elle n’est pas structurée, mais elle se présente sous différents formats. Il peut s’agir d’un fax, d’un document papier, d’un PDF, d’un courrier électronique, etc. C’est l’un des aspects les plus complexes de cette question. Les flux entre les gestionnaires d’actifs et les clients sont également compliqués et ils ne disposent pas d’outils suffisamment sophistiqués pour standardiser les informations et les rendre disponibles.

Ce qu’il faut donc faire, c’est devenir un peu plombier. Vous savez, vous rassemblez tous les tuyaux et vous essayez de faciliter le travail de vos clients. Ainsi, chez State Street, en tant que fournisseur de services, nous essayons de faciliter efficacement la normalisation des données en les collectant au moyen d’outils flexibles. Nous venons juste de racheter une société, qui s’appelle Mercatus, qui fait cela efficacement. Notre idée est donc, d’une part, de rendre l’information sur la valeur nette d’inventaire (VNI) disponible de manière beaucoup plus rapide. Pour que vous puissiez travailler sur des informations électroniques en tant que gestionnaire d’actifs. Et, d’autre part, nous recueillons des informations sur un certain nombre de propriétés. Et par le biais de Mercatus, nous rendons ces données disponibles en format électronique.

Nous ne créons pas vraiment une norme nous-mêmes – nous disons: ‘Regardez, nous voulons cette information, nous voulons que les données soient classées de cette façon’ – nous essayons de collecter autant d’informations que possible, et de les rendre disponibles de manière utilisable.

Vous avez mentionné que beaucoup de ces informations proviennent de petites entreprises et qu’elles sont assez complexes. Trouvez-vous que les données sont fiables?

«Les informations sont fiables. Je veux dire que dans la plupart des cas, chez State Street, nous ne portons pas vraiment de jugement sur les informations que nous recevons. C’est plutôt le gestionnaire d’actifs qui doit mieux comprendre et mettre en place des contrôles sur ce que les informations lui disent et si ces informations sont justes ou fausses. Vous pouvez faire des vérifications croisées, vous pouvez utiliser des doubles sources, ou regarder sur internet et rechercher différents rapports et essayer de faire les vérifications, mais c’est généralement la garantie que le gestionnaire d’actifs doit donner à ses investisseurs.

Il y a un élément ici qui est plus critique et qui provient du rôle de la banque dépositaire. Si vous pensez à ce que fait la banque dépositaire, elle est là pour protéger l’investisseur final et principalement pour vérifier que les informations qui proviennent du gestionnaire d’actifs sont fiables, où la propriété ou la possession de l’actif est effective. Et nous exerçons ces fonctions en tant que fournisseurs de services de sécurité. Nous avons notre fonction de banque dépositaire, et c’est là que cela nous aide parfois. Il ne s’agit pas vraiment de s’étendre sur l’ESG, mais lorsque les facteurs ESG sont prédominants dans les investissements et qu’ils deviennent un élément très important de l’investissement du gestionnaire d’actifs, la banque dépositaire doit prendre position et comprendre si ce qui est dit sur une certaine centrale solaire ou un certain type de projet ou d’investissement dans les énergies renouvelables correspond effectivement à ce qui est attendu. Vous devez vous assurer que cet investissement correspond réellement à ce qui est investi, mais qu’il est également aligné sur la stratégie d’investissement des gestionnaires d’actifs.

Donc, est-il juste de dire que, chez State Street, ce que vous essayez principalement de faire, c’est de mettre un peu de structure sur des données non structurées? Mais lorsque l’ESG est présenté comme un élément important de l’investissement, vous effectuez une sorte de contrôle ponctuel pour vérifier au moins certaines des informations?

«Nous sommes obligés. Ce n’est pas direct, c’est indirect, mais oui, nous sommes obligés de le faire. Et c’est l’une des choses les plus difficiles à faire.

Si vous pensez à un investissement dans une centrale solaire ou une énergie renouvelable, comme je l’ai dit, vous ne pouvez pas aller voir chaque site physiquement vous-même. Vous devez vous fier aux informations que vous obtenez et comprendre comment vous pouvez vous acquitter au mieux de votre responsabilité. Et faire ce que la banque dépositaire devrait faire avec les investisseurs. Mais, évidemment, ce n’est pas une tâche facile. Et cela rend difficile l’ensemble du processus d’investissement et des contrôles du processus d’investissement. Et les différents points de contrôle et la garantie que vous donnez sont très, très importants.»

Cette interview a été rédigée pour Delano , traduite et éditée pour Paperjam.

Abonnez-vous aux newsletters de Delano en anglais, et notamment la newsletter Delano Finance.