PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Étude BCL

Les banques serrent la vis sur les crédits immobiliers



Les banques se montrent plus exigeantes en matière de crédit immobilier depuis le début de cette année. (Photo: Shutterstock)

Les banques se montrent plus exigeantes en matière de crédit immobilier depuis le début de cette année. (Photo: Shutterstock)

Un rapport de la Banque centrale de Luxembourg met en évidence que les banques commerciales de la Place ont renforcé leurs conditions d’octroi de crédits immobiliers au cours du premier trimestre.

La pandémie et ses répercussions économiques qui sévissent depuis la mi-mars auront des conséquences sur l’activité des banques commerciales luxembourgeoises. Celles-ci devront se montrer plus prudentes en matière de crédit. Des personnes risquent en effet de perdre leur emploi et de ne plus pouvoir rembourser leurs prêts.

Mais une étude de la Banque centrale de Luxembourg , relayée par le site RTL 5minutes, montre qu’en matière de crédit immobilier les institutions bancaires avaient déjà serré la vis, depuis le début de l’année.

Le crédit immobilier est le poste principal des prêts accordés aux ménages. À fin mars 2020, l’encours total atteignait 30,9 milliards d’euros, en progression de 8,6%. Dans sa «Revue de stabilité financière 2020» récemment publiée, la BCL explique toutefois qu’«au cours du 1er trimestre, les critères d’octroi se sont durcis au Luxembourg».

Détérioration des risques

Pour justifier ce durcissement, les banques ont souligné une détérioration des risques liés au marché du logement, une dégradation de la solvabilité de l’emprunteur et une diminution de leur tolérance au risque.

Cette prudence se marque par une augmentation de leurs marges sur les prêts risqués, la réduction de la quotité d’emprunt, ainsi que la diminution des montants et de la durée des prêts accordés. Les banques ont également renforcé leurs exigences en termes de garanties.

La BCL précise bien que cette enquête a été menée entre le 19 mars et le 3 avril, donc avant que des mesures aient été prises en lien avec la pandémie. Elles envisageaient déjà toutefois de renforcer encore les conditions de crédit au cours du deuxième trimestre. Une nouvelle enquête a été réalisée en juillet et devrait permettre de préciser cela.