PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Assurances

Business & foot (11)

L’assurance-vie luxembourgeoise, un placement des stars du foot



Quand il s’agit de diversification des investissements, l’assurance-vie est une valeur sûre.  (Photo: Shutterstock)

Quand il s’agit de diversification des investissements, l’assurance-vie est une valeur sûre.  (Photo: Shutterstock)

En marge de l’Euro, Paperjam et Delano vous proposent une série d’articles liés au football. Ce mardi, on s’intéresse à l’assurance-vie luxembourgeoise. Un modèle du genre qui pousse parfois à venir de loin pour y souscrire. 

La gestion de patrimoine des sportifs de haut niveau, et plus spécifiquement des plus riches d’entre eux, les footballeurs, est un sujet sensible. Une étude menée en 2012 par le cabinet allemand Schips Finanz énonçait qu’à l’époque, 50% des footballeurs tombaient en faillite après la fin de leur carrière sportive. Un chiffre qui pouvait grimper encore bien plus haut dans d’autres sports, la palme revenant au football… américain, de la puissante NFL (avec 78%). Forcément, ces travaux commencent à dater un peu, mais les chiffres sont assez impressionnants. Et la situation ne semble pas avoir diamétralement changé ces dernières années…

Cela a beau être un très gros cliché lié au petit monde du football, les investissements «troués» des stars du ballon rond restent une réalité. Qu’il s’agisse, par exemple, d’investir dans le futur restaurant (qui fera, au final, un flop) d’un ami ou dans un projet immobilier situé dans le désert subsaharien qui finira par s’ensabler…

D’où l’importance, aujourd’hui, pour ces footballeurs de haut niveau, d’être bien entourés et conseillés. Un domaine dans lequel le Luxembourg semble avoir tendance à plutôt se distinguer.

Pour des personnes aux intérêts multijuridictionnels

La clé se situe, comme souvent quand il s’agit d’investissements, dans une bonne diversification de ceux-ci. Et à ce niveau-là, l’assurance-vie fait office de valeur sûre.

«Un footballeur, même s’il gagne très bien sa vie, doit penser à son après-carrière. Et s’il est bien conseillé, on doit lui glisser à l’oreille de se constituer une belle réserve au cas où il connaîtrait des revers financiers», explique Christian Heinen, country manager chez Wealins. Or, l’assurance-vie est un produit idéal en la matière, avec un gros investissement consenti durant la (courte) carrière d’un footballeur (de dix à douze ans en moyenne) et des rentes régulières une fois celle-ci terminée. Et l’assurance-vie luxembourgeoise est une des plus intéressantes du marché européen. Tout simplement parce que, chez nous, elle a été créée pour des personnes avec des intérêts multijuridictionnels, dont font partie les footballeurs de haut niveau.

Une portabilité et une flexibilité assez uniques

«Quand vous souscrivez une assurance-vie auprès d’une compagnie lambda en Belgique, en France…, celle-ci est compétente pour traiter la fiscalité de ce pays de résidence», précise Christian Heinen, qui s’occupe d’assurance-vie depuis une vingtaine d’années et qui a côtoyé dans cet intervalle bon nombre de sportifs de haut niveau. «Mais lorsque vous lui annoncez que vous avez déménagé dans un autre pays et que vous souhaitez effectuer le rachat d’une partie de votre capital, elle risque de se sentir un peu perdue. Et aura beaucoup de mal à vous fournir l’attestation fiscale nécessaire…»

Or, ce n’est pas le cas au Luxembourg. «Chez nous, les compagnies d’assurances ont décidé de capitaliser sur la libre prestation des services sur le plan européen. Et de ne pas se limiter au seul marché national. Du coup, elles ont investi, en engageant des juristes, des fiscalistes… en provenance de nombreux pays européens. On peut obtenir un contrat luxembourgeois de droit belge, de droit français… On arrive à s’adapter en fonction des différents pays de résidence du client. On est un des seuls pays à avoir cette portabilité et cette flexibilité.»

Ce qui suscite évidemment l’intérêt de ceux dont la carrière les oblige à beaucoup voyager sur le continent européen. À l’image donc des footballeurs professionnels. Ces derniers sont d’ailleurs nombreux à avoir succombé. Et on vient même parfois de loin pour souscrire à une telle assurance luxembourgeoise…