POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

discours de Noël du grand-duc henri

«Après l’obscurité, vient la lumière»



Le traditionnel discours du Grand-Duc Henri a évidemment très largement fait référence à la crise sanitaire et à ses conséquences. Mais il a été aussi l’occasion d’inviter chacun à une introspection et à envisager l’avenir avec optimisme.

Dans son discours, le Grand-Duc Henri a évidemment évoqué ce «virus que nous avons tous sous-estimé» et qui a entraîné le pays en «état de crise (…) pour une durée de trois mois, une première depuis la Seconde Guerre mondiale. Une décision difficile avec des implications lourdes, soutenue par l’ensemble de la Chambre des députés. Oui, nos libertés ont été partiellement restreintes. Et ceci d’une manière inédite. Mais ces mesures sont nécessaires afin de protéger nos concitoyens, nos proches et nous-mêmes, et elles sont limitées dans le temps.»

Le vaccin est signe d’espoir: «Entre-temps, un vaccin est sur le point d’être disponible, et nous permettra de renouer avec une vie sans peur et de retourner doucement vers la normalité. C’est notre espoir et notre but! Mais la patience s’impose!»

Grave, le Grand-Duc Henri a évidemment souligné que «mes premières pensées vont vers ceux qui ont perdu la vie à cause du Covid, ainsi qu’à leurs familles et amis. Il importe beaucoup à la Grande-Duchesse et à moi-même de vous exprimer nos plus sincères condoléances. Nos pensées vont également vers tous ceux qui souffrent des symptômes du virus, ou qui font toujours face aux séquelles. À vous, ainsi qu’à tous ceux qui sont malades, nous souhaitons courage. Nous n’oublions pas non plus les personnes âgées ou vulnérables, qui sont souvent seules chez elles ou dans des maisons de retraite ou de soins. Nous nous soucions également des enfants, des adolescents et des jeunes adultes. C’est une période particulièrement difficile pour eux.»

Chacun de vous joue un rôle important, sans vous, nous n’y arriverons pas!
Grand-Duc Henri de Luxembourg

Grand-Duc Henri de Luxembourg

La bataille sera remportée en équipe: «J’adresse un grand Merci à tous les enseignants , qui ont dû s’adapter à la nouvelle situation afin de pouvoir exercer leur métier essentiel en dépit de conditions très spéciales.  Une autre pensée va à nos concitoyens qui se trouvent actuellement en quarantaine ou en isolement. (…) Je veux dire à tous ceux qui travaillent dans les métiers essentiels au bon fonctionnement de notre société, un très grand Merci pour votre dévouement. De même, j’aimerais remercier de tout cœur tous les concitoyens et frontaliers francophones et germanophones pour l’engagement exemplaire. Chacun de vous joue un rôle important, sans vous, nous n’y arriverons pas!»

Appel à une mobilisation européenne

Un message fort a aussi été adressé aux acteurs des secteurs économiques en souffrance: horeca, événementiel, culture… «Les répercussions de la pandémie sur notre économie risquent de se faire sentir sur le long terme, d’autant plus que l’économie luxembourgeoise est fortement dépendante de nos voisins européens ainsi que de l’économie mondiale. Dans l’intérêt de tous, il est donc indispensable que nous mobilisions nos efforts au sein de l’Union européenne. (…) Des réponses à la plupart des questions ne peuvent être trouvées exclusivement sur le plan national et un nationalisme aveugle n’apporte aucune solution aux défis actuels. C’est pourquoi le multilatéralisme, que le Luxembourg a toujours poursuivi avec détermination, revêt une importance fondamentale.»

Sans oublier l’urgence climatique: «Le changement climatique demeure un défi pour tous les pays et gouvernements de la planète. L’accord de Paris doit être mis en œuvre. Il y a urgence! Notre pays n’échappe pas à l’impact de la crise du climat et chacun d’entre nous peut assumer sa responsabilité et essayer d’adopter un mode de vie aussi durable que possible.»

20 ans de règne, une réforme, une naissance

L’année 2020 aura été hautement symbolique pour la Cour. «Cela fait 20 ans que je suis votre Grand-Duc. 20 ans où j’ai été heureux et fier d’avoir le privilège de servir les intérêts du pays et de ses habitants, avec l’appui de la Grande-Duchesse. J’aimerais vous remercier pour vos félicitations et votre confiance. Cette année a aussi vu un nombre de changements au Palais: avec la création de la Maison du Grand-Duc, la Monarchie est renforcée comme institution et parée pour l’avenir. Ceci me permet, ainsi qu’à la Grande-Duchesse et aux générations futures, de se concentrer encore davantage sur la substance de nos activités.»

Une année ponctuée aussi par une «énorme joie pour notre famille qui fut évidemment la naissance du Prince Charles».

Et d’inviter chacun à une «introspection personnelle de façon à nous rendre compte de ce qui compte vraiment: la famille, les amis et le fait d’être présent – les uns pour les autres».

La conclusion se fait sur une note d’optimisme: «Après l’obscurité, vient la lumière! Ensemble avec la Grande-Duchesse, le Prince Guillaume, la Princesse Stéphanie et tous nos enfants, nous vous souhaitons du fond du cœur de passer de très bonnes fêtes de Noël et une nouvelle et meilleure année 2021.»

Le discours du Grand-Duc dans son intégralité

Chers concitoyens,

L’année 2020 fut pour nous tous un énorme défi, tel que nous n’en avons pas connu au cours des dernières décennies.

Les périodes de fin d’année sont souvent synonymes de moments chaleureux, que nous partageons en famille ou entre amis, à la maison ou sur un marché de Noël paré de décorations festives. Cette année, tout cela est bien plus compliqué, voire impossible, car un virus, que nous avons tous sous-estimé, s’est développé en pandémie et a ébranlé notre vie quotidienne, nos habitudes.

Le Gouvernement a immédiatement engagé ses responsabilités. Afin de pouvoir réagir rapidement, l’état de crise a été proclamé au mois de mars pour une durée de trois mois, une première depuis la Seconde Guerre mondiale. Une décision difficile avec des implications lourdes, soutenue par l’ensemble de la Chambre des députés.

Oui, nos libertés ont été partiellement restreintes. Et ceci d’une manière inédite. Mais ces mesures sont nécessaires afin de protéger nos concitoyens, nos proches et nous-mêmes, et elles sont limitées dans le temps.

Les débats au sein de la Chambre des députés se poursuivent, car il importe de trouver un juste équilibre entre des mesures strictes et moins strictes. C’est aussi ça la démocratie vécue.

Les scientifiques, les médecins et les gouvernements continuent de déployer leurs efforts à la recherche des meilleurs moyens afin de protéger la population. Entre-temps, un vaccin est sur le point d’être disponible, et nous permettra de renouer avec une vie sans peur et de retourner doucement vers la normalité. C’est notre espoir et notre but!

Mais la patience s’impose!

Chers concitoyens,

Mes premières pensées vont vers ceux qui ont perdu la vie à cause du Covid, ainsi qu’à leurs familles et amis. Il importe beaucoup à la Grande-Duchesse et à moi-même de vous exprimer nos plus sincères condoléances.

Nos pensées vont également vers tous ceux qui souffrent des symptômes du virus, ou qui font toujours face aux séquelles. À vous, ainsi qu’à tous ceux qui sont malades, nous souhaitons courage.

Nous n’oublions pas non plus les personnes âgées ou vulnérables, qui sont souvent seules chez elles ou dans des maisons de retraite ou de soins.

Nous nous soucions également des enfants, des adolescents et des jeunes adultes. C’est une période particulièrement difficile pour eux. Quand on est jeune, on a envie de bouger, de sortir avec des amis, d’être actif dans un club de musique ou de sport. Depuis presque un an, tout cela n’est plus possible, ou uniquement de façon limitée.

J’adresse un grand Merci à tous les enseignants, qui ont dû s’adapter à la nouvelle situation afin de pouvoir exercer leur métier essentiel en dépit de conditions très spéciales.

Une autre pensée va à nos concitoyens qui se trouvent actuellement en quarantaine ou en isolation. Chacun de nous connaît de telles personnes et nous avons tous essayé de leur prêter assistance.

Cette crise sanitaire, qui a bouleversé notre vie quotidienne, nous montre à quel point notre santé est fragile, tant d’un point de vue physique que psychologique, et à quel point il importe que notre secteur de santé soit basé sur des fondations solides.

Au cours des derniers mois, je me suis entretenu avec de nombreux représentants du secteur médical, des femmes et des hommes, qui s’investissent chaque jour pour combattre la pandémie. J’ai eu le grand plaisir d’être témoin de votre engagement. Nul doute que la situation actuelle est extrêmement difficile : la pression quotidienne qui pèse sur vous est immense et malgré tout, vous, médecins, infirmières et infirmiers, soignantes et soignants, accomplissez un travail formidable.

Je veux dire à tous ceux qui travaillent dans les métiers essentiels au bon fonctionnement de notre société, un très grand Merci pour votre dévouement.

De même, j’aimerais remercier de tout cœur tous les concitoyens et frontaliers francophones et germanophones pour l’engagement exemplaire.

Chacun de vous joue un rôle important, sans vous, nous n’y arriverons pas!

Chers tous,

Dans ces moments, c’est la solidarité de toute une société dont nous avons besoin. Je suis impressionné par la cohésion dans notre pays, une cohésion qui dure depuis tant de mois!

Nous avons réussi à ce que l’économie continue de fonctionner, bien qu’au ralenti et avec des pertes, surtout pour les plus petites entreprises.

Les secteurs de l’horeca, de l’événementiel et de la culture ont été particulièrement affectés. Nombreuses sont les personnes qui se voient confrontées à des pertes financières considérables et qui ne savent ce que l’avenir leur réserve. Et ceci malgré les mesures prises par le gouvernement visant à soutenir les entreprises.

Les répercussions de la pandémie sur notre économie risquent de se faire sentir sur le long terme, d’autant plus que l’économie luxembourgeoise est fortement dépendante de nos voisins européens ainsi que de l’économie mondiale.

Dans l’intérêt de tous, il est donc indispensable que nous mobilisions nos efforts au sein de l’Union européenne. J’en ai eu un vif témoignage lors de ma visite à la Direction générale de la santé et de la sécurité alimentaire de la Commission européenne à la Cloche d’Or en octobre dernier.

Des réponses à la plupart des questions ne peuvent être trouvées exclusivement sur le plan national et un nationalisme aveugle n’apporte aucune solution aux défis actuels. C’est pourquoi le multilatéralisme, que le Luxembourg a toujours poursuivi avec détermination, revêt une importance fondamentale.

Le changement climatique demeure un défi pour tous les pays et gouvernements de la planète. L’accord de Paris doit être mis en œuvre. Il y a urgence! Notre pays n’échappe pas à l’impact de la crise du climat et chacun d’entre nous peut assumer sa responsabilité et essayer d’adopter un mode de vie aussi durable que possible.

Chers compatriotes,

L’année 2020 sera longtemps gravée dans notre mémoire. Pour moi personnellement, ce fut aussi une année très symbolique: cela fait 20 ans que je suis votre Grand-Duc. 20 ans où j’ai été heureux et fier d’avoir le privilège de servir les intérêts du pays et de ses habitants, avec l’appui de la Grande-Duchesse. J’aimerais vous remercier pour vos félicitations et votre confiance.

Cette année a aussi vu un nombre de changements au Palais: avec la création de la Maison du Grand-Duc, la Monarchie est renforcée comme institution et parée pour l’avenir. Ceci me permet, ainsi qu’à la Grande-Duchesse et aux générations futures, de se concentrer encore davantage sur la substance de nos activités.

Chers tous,

Une énorme joie pour notre famille fut évidemment la naissance du Prince Charles. Le Prince Guillaume et la Princesse Stéphanie sont de fiers parents depuis le 10 mai dernier. Je souhaite au petit Charles, à ses parents ainsi qu’à nous tous, que nous puissions prochainement aborder à nouveau l’avenir avec confiance.

Ces jours de fin d’année me semblent propices à une introspection personnelle de façon à nous rendre compte de ce qui compte vraiment: la famille, les amis et le fait d’être présent – les uns pour les autres.

Oui, nous devenons soucieux en regardant autour de nous. Nous nous interrogeons sur le futur. Ce qui importe, c’est de ne pas se résigner, de garder la confiance en soi ainsi qu’un état d’esprit positif pour l’avenir.

J’aimerais aujourd’hui rappeler l’appel que ma grand-mère, la Grande-Duchesse Charlotte, a lancé à la population avec un arrière-fond nettement plus dramatique en 1942: ‘Kommt mir loossen de Kapp an dëse schwéieren Zäiten net hänken!’ (Surtout, ne baissons pas la tête en ces temps difficiles!)

Chers compatriotes,

Après l’obscurité vient la lumière!

Ensemble avec la Grande-Duchesse, le Prince Guillaume, la Princesse Stéphanie et tous nos enfants, nous vous souhaitons du fond de cœur de passer de très bonnes fêtes de Noël et une nouvelle et meilleure année 2021.