PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Marchés financiers

Nasdaq

Apple affiche une nouvelle série de records



Les consommateurs chinois se sont rués sur le nouvel iPhone 12 à l’automne. (Photo: Shutterstock)

Les consommateurs chinois se sont rués sur le nouvel iPhone 12 à l’automne. (Photo: Shutterstock)

Apple vit une nouvelle semaine «magique». Le groupe californien dépasse pour la première fois les 100 milliards de dollars de chiffre d’affaires sur un trimestre et se rapproche des 2.500 milliards de capitalisation boursière au Nasdaq.

Où s’arrêtera la domination insolente d’Apple sur les marchés boursiers ? Le 27 janvier, l’action du géant technologique a frôlé la barre des 2.500 milliards de dollars de capitalisation boursière (2.482 milliards), avec une action qui a atteint un nouveau record à 145,09 dollars.

Le mouvement à la hausse a été provoqué par les attentes de résultats impressionnants pour le 1er trimestre de son exercice décalé (clôturé le 26 décembre). La firme de Cupertino n’a pas été déçue: ce mercredi 27 janvier en soirée, Apple a annoncé un chiffre d’affaires trimestriel record à 111,4 milliards de dollars. Une progression de plus de 21% qui lui a permis, pour la première fois, de dépasser les 100 milliards de rentrées sur trois mois.

Le profit net d’octobre à décembre a, quant à lui, grimpé de 29% à 28,7 milliards (22,24 milliards un an plus tôt).

Succès total pour toute la gamme

Le géant à la pomme explique ces résultats par les ventes de l’iPhone 12 – la première gamme compatible avec la 5G – qui a fait un carton sur le marché chinois. Le groupe a écoulé 78 millions de smartphones sur le trimestre pour des ventes qui ont atteint 65,6 milliards (+17%).

Mais Apple a aussi profité du confinement mondial qui a dopé sa vente d’iPad (+41%, à 8,44 milliards), de Mac (+21%, à 8,67 milliards) et de services (AppStore, iCloud et iTunes) qui ont bondi de 24%, à 15,76 milliards de dollars.

Apple caracole donc à nouveau sur le toit du monde boursier, suivi d’assez loin finalement par les autres grands bénéficiaires de la crise sanitaire, Microsoft et Amazon, dont la capitalisation boursière n’atteint «que», respectivement, 1.750 et 1.670 milliards de dollars.

Apple avait mis plus de 40 ans pour franchir, le premier, la barre des 1.000 milliards de dollars... en août 2018. Le ciel ne semble plus être une limite depuis longtemps pour le groupe dirigé par Tim Cook.