ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

100 Jours après la Corona-APp

Les apps de traçage ne sont toujours pas… virales



15 des 18 millions de résidents allemands utilisent leur application de traçage du Covid-19, contre moins de 2 millions en France. En octobre, les Allemands et 10 autres pays européens auront une nouvelle version. (Photo: Shutterstock)

15 des 18 millions de résidents allemands utilisent leur application de traçage du Covid-19, contre moins de 2 millions en France. En octobre, les Allemands et 10 autres pays européens auront une nouvelle version. (Photo: Shutterstock)

Les applications de traçage du Covid-19 continuent de montrer… leur inefficacité. Mais cela va s’améliorer, promettent les autorités allemandes et françaises, tandis que les Belges sont dans l’attente.

Avec 2 à 2,5 millions de téléchargements et un million d’utilisateurs qui ont choisi de s’en débarrasser, l’application StopCovid n’alimente que les polémiques, en France, entre ses promoteurs, le gouvernement et notamment le ministre de la Santé, Olivier Véran, et ses détracteurs.

Dernière en date: le nombre de cas positifs, où elle a permis de contacter des proches potentiellement contaminés. De 1.369 le 21 août, le chiffre est mystérieusement passé à 4.900, ou 5.100 le 22 septembre, pour moins de 250 notifications, explique Numerama .

Toujours mieux que rien? Certes, mais loin des statistiques allemandes. Officiellement, cette semaine aussi, Deutsche Telekom et SAP ont annoncé une mise à jour qui devrait intervenir en octobre. L’application permettra aussi de prévenir ses contacts de symptômes, histoire d’aller plus vite.

Combien de cas positifs ont été tracés par la Corona-App? 5.000, selon les autorités… pour 18,2 millions de téléchargements et 15 millions d’utilisateurs actifs. Seule la moitié des cas positifs ont averti leurs contacts, selon Die Zeit .

L’application allemande, basée sur la technologie conjointe de Google et d’Apple, sera étendue à 10 autres pays prochainement (Autriche, République tchèque, Danemark, Estonie, Irlande, Italie, Pays-Bas, Lituanie, Pologne et Espagne), et l’Union européenne met la dernière main à un accord temporaire avec la Suisse. Les données transiteront par le Luxembourg, puisque ce sont les serveurs de la Commission européenne au Luxembourg qui hébergeront les données, précise Der Spiegel .

Seuls problèmes, l’application n’est pas accessible aux moins de 17 ans, et, surtout, aux utilisateurs d’une version antérieure à iOS 13.5. Ce qui élimine de facto beaucoup des anciens smartphones et ceux de Huawei.

En Belgique, deux tiers des Belges qui ont participé à une enquête nationale sont prêts à utiliser leur application, attendue pour cet automne. Pour l’instant, 10.000 personnes la testent, selon Sudinfo .