POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

NextGenerationEU

3 milliards d’euros pour la Belgique et le Portugal



Doté de 750 milliards d’euros, le plan de relance européen post-Covid, intitulé NextGenerationEU, commence à distribuer aux pays européens les premières tranches de financement. (Photo: Anthony Dehez)

Doté de 750 milliards d’euros, le plan de relance européen post-Covid, intitulé NextGenerationEU, commence à distribuer aux pays européens les premières tranches de financement. (Photo: Anthony Dehez)

La Commission européenne vient de verser près de 3 milliards d’euros à la Belgique et au Portugal dans le cadre du plan NextGenerationEU.

Doté de 750 milliards d’euros, le plan de relance européen post-Covid, intitulé NextGenerationEU, commence à distribuer aux pays européens les premières tranches de financement. Après le Luxembourg, qui vient de recevoir 12,1 millions d’euros , soit 13% de l’enveloppe totale de 93 millions d’euros que le pays devrait recevoir, la Commission européenne a fait de même avec la Belgique et le Portugal.

Dans le détail, la Belgique vient d’obtenir 770 millions d’euros, correspondant à 13% de son l’enveloppe totale de 5,9 milliards d’euros. Une somme qui se manifeste comme une bouée de sauvetage pour la Belgique et surtout la Wallonie qui, après les inondations, à un besoin énorme en reconstruction et modernisation des infrastructures. Sous condition que cette enveloppe, même par tranche, soit utilisée à bon escient.

Un préfinancement de 13% pour le Portugal

Du côté du Portugal, Lisbonne vient également de recevoir 2,2 milliards d’euros, soit 13% de son enveloppe totale. Cette dernière sera d’un montant total de 16,6 milliards d’euros, dont 13,9 milliards d’euros sous forme de subventions et 2,7 milliards d’euros sous forme de prêts.

En adéquation avec les règles européennes, le Portugal a prévu de dépenser cet argent dans plusieurs projets soutenant notamment la transition écologique du pays. Par exemple, un programme de rénovation à grande échelle financé à hauteur de 300 millions d’euros vise à améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments résidentiels. Idem pour soutenir la transition numérique, où le plan de la facilité pour la reprise et la résilience prévoit des mesures d’un montant de 300 millions d’euros visant à moderniser les systèmes informatiques du service national de santé et à accroître la numérisation des dossiers médicaux conformément aux principes de sécurité appropriés.

Enfin, la Facilité pour la reprise et la résilience finance, à hauteur de 130 millions d’euros, le projet Youth Impulse au Portugal, qui vise à moderniser les installations scientifiques dans les écoles secondaires et les universités afin d’augmenter les taux de scolarisation dans les cours de sciences, de technologie, d’ingénierie, d’arts et de mathématiques.