POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

IMPLANTATION À BETTEMBOURG

Le yaourt de Fage a un goût amer



250575.jpg

La zone d’activité Wolser doit accueillir l’usine Fage, qui a déjà acquis un terrain en 2017. (Photo: Capture d’écran/Administration du cadastre)

Au-delà du bras de fer politique, le dossier de l’usine du producteur grec de yaourt Fage avance au niveau administratif.

Le vice-Premier ministre et ministre de l’Économie, Étienne Schneider, a rencontré, mardi matin, la commission de l’économie afin de faire le point sur un dossier presque aussi brûlant que le thermomètre.

Il faut dire que la députée Josée Lorsché (Déi Gréng) a jeté un pavé dans la mare le 12 juin dernier en affirmant  son opposition  au projet d’installation d’une usine de yaourt dans la zone d’activité Wolser de Bettembourg, dont elle est l’échevine. Sauf que Déi Gréng est censé soutenir ce projet, porté par la coalition gouvernementale.

«Cette double morale est assez ridicule», estime Claude Wiseler , cité par Le Quotidien. «Tous les principes écologiques sont jetés par-dessus bord, uniquement pour sauver la coalition gouvernementale.»

Au-delà de cette passe d’armes, le ministre de l’Économie a dévoilé deux aspects cruciaux de l’étude d’impact sur l’environnement menée dans le cadre de la procédure commodo-incommodo devant précéder l’autorisation d’exploitation éventuellement remise à Fage.

Un dossier bientôt consultable

«Les questions soulevées par rapport à la consommation d’eau de l’usine sont résolues», indique le ministère de l’Économie. «La consommation journalière ne correspond pas du tout à celle de 20.000 habitants, comme cela a souvent été cité. Il s’agira de la moitié, soit 2.000m3 par jour si le site fonctionne à plein régime.»

Autre résultat présenté à la commission: «La température de l’eau reversée dans l’Alzette correspondra à 0,5°C près à celle de l’Alzette», alors que des craintes concernaient une eau beaucoup plus chaude en sortie d’usine. Le rapport d’évaluation de l’incidence sur l’environnement doit encore recevoir l’aval de l’Administration de l’environnement avant d’être versé au dossier commodo-incommodo. C’est à ce stade que le dossier pourra être consulté par le public.

Quant aux mesures de compensation prévues par la loi sur la protection de l’environnement, elles concernent de fait le futur site de Fage, mais ont surtout été pensées à l’occasion de l’extension de deux entreprises déjà implantées à Wolser. Il s’agit de trouver à proximité un nouveau terrain de chasse pour le milan rouge.