PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Buzzword (4/10)

Vous avez dit «open banking»?



L’open banking opère une révolution dans le monde bancaire, en contraignant les institutions classiques à partager les données de leurs clients. (Photo: Maison Moderne)

L’open banking opère une révolution dans le monde bancaire, en contraignant les institutions classiques à partager les données de leurs clients. (Photo: Maison Moderne)

Durant cet «été pas comme les autres», Paperjam revient sur les «buzzwords» qui ont fait l’actualité de la place financière durant les derniers mois. Suite de la série avec le décryptage de l’open banking.

De par leur nature, les banques se montrent relativement fermées. C’est évidemment intrinsèque aux notions de sécurité et de confidentialité liées au métier, mais aussi aux efforts qu’elles déploient pour préserver leur clientèle.

Mais le monde change, et les institutions bancaires devront suivre les nouvelles routes tracées par l’innovation. L’open banking est une de ces routes. Initiée par la directive européenne PSD2, cette notion prévoit que les banques partagent désormais les données bancaires de leurs clients. Pour autant que ceux-ci marquent explicitement leur accord.

Grâce à l’innovation technologique, de nouveaux acteurs apparaissent et peuvent en partie remplacer les banques dans leurs activités traditionnelles.

Si la directive PSD2 a vu le jour , c’est justement pour ouvrir les portes du secteur financier à ces nouveaux acteurs, de type fintech, auxquels les consommateurs de produits financiers préfèrent parfois recourir.

Pour l’instant, seuls les comptes courants classiques tombent sous le coup de cette réglementation.

Mais pour pouvoir transférer leurs données vers ces prestataires tiers,  les banques doivent développer des API  (application programming interfaces), des interfaces qui font le lien entre elles et les nouveaux joueurs.

À première vue, les banques perdent le lien exclusif avec leur clientèle. Mais en laissant filer ces mines d’or que sont les données, elles permettent à des fintech de développer de nouveaux services qui leur permettront, à elles aussi, de répondre plus facilement aux sollicitations technologiques des clients .

L’enjeu ultime est par contre de faire en sorte que ces données puissent circuler sans faille au niveau de la confidentialité exigée.