POLITIQUE & INSTITUTIONS
INSTITUTIONS

ÉLections sociales

Une soirée électorale sous tension



221938.jpg

Dans les QG, les membres des syndicats s’attendaient à passer une longue soirée. (Photo: Matic Zorman)

Les élections sociales qui se sont déroulées mardi ne vont pas bouleverser les rapports de force entre les principaux syndicats. Même si la totalité des résultats n’est pas encore connue.

Aucun ne l’avouera, mais il y avait tout de même un peu de stress dans l’air ce mardi soir, dans les heures qui suivaient la clôture du scrutin des élections sociales 2019.

Dans des centaines d'entreprises, les salariés devaient renouveler les délégations du personnel. Et même si on peut avancer un bon bilan, même si on a mené une campagne efficace, même si on a été très présent sur le terrain, l’électeur peut être versatile.

C’est bien de cela dont il était question, coupe de crémant en main, au QG du LCGB alors que le traiteur n’avait pas encore fini d’installer le buffet d’une soirée qui s’annonçait longue. «Les premiers résultats tomberont vers 18h. Cela ira sans doute plus vite à partir de 20h. Mais il faudra inévitablement attendre tard le soir avant de connaître les verdicts dans les grandes entreprises», commente la chargée de communication du syndicat, Carine Breuer.

Même son de cloche à l’OGBL et à l’Aleba, l’Association luxembourgeoise des employés de banque et assurance, où on annonçait une soirée «sous tension».

Le LCGB tire en premier

Il ne faudra pourtant attendre guère longtemps pour que le LCGB tire en premier et annonce «un succès» dans le secteur de la construction. «Notre position est renforcée», confirme de suite le syndicat dans un communiqué.

Au fil des résultats qui suivent les dépouillements, le LCGB se félicitera encore de ses bons résultats dans les secteurs des industries, des garages et du commerce. «Chez Cora, notamment, nous obtenons 4 mandats sur 8», souligne-t-on.

«Et nous prenons la main dans l’administration gouvernementale avec 5 mandats sur 8, alors que nous en avions 2 sur 7 en 2013», souligne encore Carine Breuer. Le bulletin, vers minuit, était d’ores et déjà considéré comme très satisfaisant.

Le président du LCGB aux côtés du député CSV, Marc Spautz. Matic Zorman 1 / 6

Les résultats décortiqués par les militants du LCGB. Matic Zorman 2 / 6

Ambiance à la soirée électorale du LCGB. Matic Zorman 3 / 6

Ambiance au QG du LCGB. Matic Zorman 4 / 6

Le président du syndicat, Patrick Dury, s’adresse à ses troupes. Matic Zorman 5 / 6

Ambiance au siège du LCGB. Matic Zorman 6 / 6

OGBL: 1.522 délégués vers 1h

Même son de cloche à l’OGBL, qui restera le premier syndicat du pays en nombre de délégués. Peu avant 1h du matin, ils étaient déjà 1.522 délégués effectifs à avoir été élus, sur environ 5.000 candidats.

Dans les domaines de la santé et de la recherche, l’OGBL a confirmé ses ambitions. Et reste dominant dans ceux du transport, du nettoyage et de l’hygiène, mais aussi des services publics. Les cadres du syndicat étaient donc plus que satisfaits, sans pour autant tomber dans le piège d’un trop grand triomphalisme.

Ambiance au siège de l’OGBL à Esch durant la soirée électorale. Nader Ghavami 1 / 10

Ambiance au siège de l’OGBL à Esch durant la soirée électorale. Nader Ghavami 2 / 10

Ambiance au siège de l’OGBL à Esch durant la soirée électorale. Nader Ghavami 3 / 10

Ambiance au siège de l’OGBL à Esch durant la soirée électorale. Nader Ghavami 4 / 10

Ambiance au siège de l’OGBL à Esch durant la soirée électorale. Nader Ghavami 5 / 10

Ambiance au siège de l’OGBL à Esch durant la soirée électorale. Nader Ghavami 6 / 10

L’ancien président de l’OGBL et président sortant de la Chambre des salariés, Jean-Claude Reding, à gauche. Nader Ghavami 7 / 10

Ambiance au siège de l’OGBL à Esch durant la soirée électorale. Nader Ghavami 8 / 10

Ambiance au siège de l’OGBL à Esch durant la soirée électorale. Nader Ghavami 9 / 10

Ambiance au siège de l’OGBL à Esch durant la soirée électorale. Nader Ghavami 10 / 10

Soulagement à l’Aleba

Mais c’est sans aucun doute du côté de l’Aleba que le soulagement était le plus perceptible. Il est vrai que le syndicat sectoriel était mis sous pression par l’OGBL et le LCGB.

«Nos résultats sont très bons dans les petites structures», commente  Laurent Mertz,  le secrétaire général de l’Aleba. «Dans les plus grandes, beaucoup de dépouillements vont avoir lieu durant la nuit ou plutôt ce mercredi matin, car la résistance humaine a ses limites. Mais nous réalisons un excellent résultat chez Clearstream, au Foyer et même un résultat tout simplement historique au sein de KBL. C’est le fruit d’un super travail de terrain!»

Ambiance au QG de l’Aleba, au centre-ville. Matic Zorman 1 / 4

Laurent Mertz, debout, prend des nouvelles des résultats. Matic Zorman 2 / 4

Ambiance au QG de l’Aleba. Matic Zorman 3 / 4

Roberto Scolati avait quitté la présidence de l’Aleba il y a quelques semaines. Matic Zorman 4 / 4

Même une situation décrite comme «un peu plus tendue» en ce qui concernait les résultats au sein de la Bil ne parvenait pas à gâcher le satisfecit général.

L’inconnue du taux de participation

Les résultats devraient être affinés ce mercredi. Les syndicats en tireront alors les premiers enseignements. Le taux de participation au sein des plus de  500.000 électeurs potentiels, qui n’était pas annoncé comme très important, sera aussi analysé de près.

«Mais cela prendra un peu de temps, car cela se fera sur base des PV, entreprise par entreprise», conclut Carine Breuer, du LCGB. Sur ce point en accord total avec ses collègues des autres syndicats.

Les élections sociales devaient aussi renouveler les 60 sièges de la Chambre des salariés. Le vote se faisait par correspondance et les derniers bulletins ont été reçus ce mardi. Les résultats ne seront pas connus avant une à deux semaines, au plus tôt.