POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

conseil européen

L’UE ouvre ses frontières à 15 pays



L’aéroport du Findel pourra désormais accueillir des touristes venant du Canada, de Nouvelle-Zélande, ou encore du Japon, sous réserve que la liste luxembourgeoise reprenne les 15 pays figurant sur la liste européenne. (Photo: Sven Becker / archives / Maison Moderne)

L’aéroport du Findel pourra désormais accueillir des touristes venant du Canada, de Nouvelle-Zélande, ou encore du Japon, sous réserve que la liste luxembourgeoise reprenne les 15 pays figurant sur la liste européenne. (Photo: Sven Becker / archives / Maison Moderne)

Les 27 ont adopté, mardi, une liste de 14 pays (plus la Chine, sous conditions) dont les voyageurs peuvent de nouveau rejoindre les membres de l’UE à partir d’aujourd’hui.

L’UE relâche peu à peu l’étau serré en catastrophe le 17 mars, alors que le Covid-19 se propageait à grande vitesse dans ses pays membres, en particulier l’Italie, la France et l’Espagne. Rouvertes depuis le 15 juin à l’intérieur de l’espace Schengen , les frontières de l’UE redeviennent poreuses vers l’extérieur.

Les voyages non essentiels de 14 pays pourront être admis sur le sol européen: Algérie, Australie, Canada, Géorgie, Japon, Monténégro, Maroc, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Serbie, Corée du Sud, Thaïlande, Tunisie et Uruguay. La Chine a été ajoutée à cette liste, mais à une condition: qu’elle accueille également sur son sol les visiteurs non essentiels de l’UE.

Les grands absents de cette liste fondée «en particulier» sur des critères épidémiologiques: les États-Unis, l’État le plus touché au monde, avec 125.928 décès, pour près de 2,6 millions de cas avérés, ainsi que le Brésil, la Russie, l’Inde, la Turquie et Israël.

Nous voulons tous reprendre nos vies. Mais la dure réalité est que c’est loin d’être fini.

Tedros Adhanom Ghebreyesus,  directeur général,  OMS

Les professionnels de santé, travailleurs saisonniers, diplomates, étudiants, ou encore voyageurs justifiant de motifs familiaux impérieux ne sont pas concernés par les restrictions de voyage.

«Nous entrons dans une nouvelle phase, avec une ouverture ciblée de nos frontières à partir de demain», a tweeté Charles Michel, le président du Conseil européen, saluant l’«esprit d’étroite coopération» des États membres, qui ont adopté cette liste à la majorité qualifiée, à l’issue de tractations difficiles entre considérations sanitaires et nécessité économique, alors que la saison touristique est en jeu.

Chaque État membre doit encore publier sa propre liste, qui peut être plus courte. La liste adoptée par le Conseil est révisable toutes les deux semaines au regard de plusieurs critères épidémiologiques: le taux de nouveaux cas de Covid-19 ne doit pas excéder 16 pour 100.000 habitants sur les 14 derniers jours, les nouveaux cas doivent suivre une tendance à la stabilité ou à la baisse, et le pays tiers doit avoir pris certaines mesures de lutte contre la pandémie, comme la pratique de tests et la vérification de la fiabilité des données.

Une ouverture qui intervient alors que l’épidémie «s’accélère» au niveau mondial, a prévenu lundi l’Organisation mondiale de la santé. «Nous voulons tous que tout cela se termine», a mis en garde le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. «Nous voulons tous reprendre nos vies. Mais la dure réalité est que c’est loin d’être fini.» Le Covid-19 a désormais passé la barre des 500.000 morts et des 10 millions de cas dans le monde.