PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Résultats annuels

Tous les voyants sont au vert pour Raiffeisen



225999.jpg

Guy Hoffmann a présenté les résultats annuels de la banque mardi 26 mars. (Photo: Nader Ghavami)

Avec des encours de dépôts et de crédits en hausse, et une contribution de la banque privée et de Post en croissance, le résultat consolidé de la banque est en progression de 2,5% en 2018.

«Nous avons réalisé de bons résultats, d’autant plus au regard du contexte de taux bas», a déclaré Guy Hoffmann , président du comité de direction de Raiffeisen, lors d’une conférence de presse mardi 26 mars.

En effet, la banque affiche une insolente santé: son résultat consolidé atteint 18,7 millions d’euros, en hausse de 2,5%.

Contribution de Post

Les dépôts augmentent de 13,2% (à 7,7 milliards d’euros), provenant autant de la clientèle des particuliers que des entreprises. Les crédits, eux, progressent de 6,9%, à la fois grâce à l’octroi de prêts immobiliers et à celui de prêts personnels.

Et Post Luxembourg, actionnaire de la banque à hauteur de 10% depuis 2016 (sa part sera ramenée à 6,6% cette année après la fusion des caisses), contribue entre 7% et 10% à la croissance annuelle de Raiffeisen.

La banque privée a également un rôle à jouer dans la croissance des résultats: lancée en 2017, l’activité a enregistré une hausse de 64% de ses contrats et de 70% de ses actifs sous gestion.

Au final, à 128,4 millions d’euros, le produit net bancaire 2018 atteint son meilleur niveau (sans compter l’effet périmètre de l’année 2012).

Hausse des coûts

La banque a cependant engagé des frais importants: de personnels, d’informatique ou de mise en conformité. Ses coûts augmentent par conséquent de 3,9% par rapport à 2017.

«Les principaux vecteurs de hausse sont le renforcement du cadre de surveillance, la mise en œuvre de nouvelles réglementations, le renforcement de la sécurité informatique ainsi que les investissements de la banque dans le développement de ses canaux digitaux», précise la banque dans un communiqué.

Pour autant, Raiffeisen mise toujours sur son réseau d’une quarantaine d’agences pour croître, et en construit actuellement quatre nouvelles (Pétange, Differdange, Bascharage, Walferdange). Mais tout en continuant à investir dans le canal digital, et en proposant davantage de flexibilité aux clients, qui peuvent demander à être reçus en dehors des heures d’ouverture standard.

Gouvernance participative

La banque se prépare par ailleurs au changement de sa gouvernance . Avec la fusion-absorption des 13 caisses régionales par l’entité centrale, la gouvernance de l’entreprise prendra une nouvelle forme.

La constitution d’un «Beirat» sera soumise au vote de l’assemblée générale en mai, et l’organe devrait ensuite être pleinement opérationnel après la rentrée de septembre.

À l’instar des banques mutualistes françaises, comme le Crédit Mutuel, Raiffeisen instaure une organisation participative. Le Beirat (comité consultatif) comprendra ainsi 20 membres représentatifs de la banque (sur 34.000) et quatre d’entre eux pourront accéder au conseil d’administration. «Le Beirat sera désormais l’antichambre du conseil. Il s’agit d’une occasion unique pour la banque de faire remonter les besoins des clients et de les associer à la gestion de l’entreprise», a affirmé Guy Hoffmann.

Chiffres-clés à fin 2018 (évolution par rapport à 2017)

Nombre de membres: 33.937, +9,2%

Somme de bilan: 8,8 milliards d’euros, +11,4%

Total des dépôts: 7,7 milliards d’euros, +13,2%

Total des crédits: 6,3 milliards d’euros, +6,9%

Commissions nettes: 24,2 millions d’euros, +7,9%

Produit net bancaire: 128,4 millions d’euros, +2,9%

Résultat net: 18,7 millions d’euros, +2,5%