PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Wealth management

CARTE BLANCHE

La soutenabilité, une chance pour la planète


Retour au dossier

Notre modèle économique n’est plus adapté à une population mondiale de près de 8 milliards d’habitants. L’extraction annuelle de 90 milliards de tonnes de matières premières, dont la production et l’utilisation génèrent près de 70 milliards de tonnes de déchets, détruit la nature et l’environnement.

Les émissions de gaz à effet de serre accélèrent le réchauffement climatique de notre planète au-delà du raisonnable. S’ensuivent des événements climatiques extrêmes, dont l’actualité se fait régulièrement l’écho. Cette situation n’est simplement plus soutenable à moyen terme, et encore moins à long terme, car la variable d’ajustement est notre planète. Si nous souhaitons offrir un avenir aux générations futures, il faut agir vite. Le basculement d’un modèle WILD (gaspilleur, inefficace, inéquitable et sale) à un modèle CLIC (circulaire, efficient, inclusif et propre) est devenu une nécessité.

Pour enrayer ce phénomène, il nous faut limiter le réchauffement climatique à 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels. Pour ce faire, le solde net des émissions devrait être réduit de 50% d’ici 2030 et en totalité d’ici 2050.

Pour y parvenir, deux impératifs s’imposent. Il s’agit de réduire rapidement nos émissions de gaz à effet de serre et tendre vers une économie Net Zéro où les quantités de gaz émises et capturées s’équilibrent.

La soutenabilité est un impératif qui s’inscrit comme une solution permettant de répondre aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins. Une prise de conscience qui gagne chaque jour davantage de terrain dans l’opinion et parmi les acteurs économiques.

La soutenabilité est un impératif qui s’inscrit comme une solution permettant de répondre aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins.
Jean-Benoît Mesnil

Jean-Benoît Mesnil,  Managing Director,  Lombard Odier

Notre sentiment chez Lombard Odier est que nous allons assister au cours des prochaines décennies à la plus importante transformation économique de notre histoire.

Un secteur en pleine mutation

Le secteur de la finance durable est en pleine effervescence, avec une offre grandissante de placements alliant la performance économique avec l’impact social et environnemental positif.

Le secteur a pourtant plusieurs défis à relever. L’un d’entre eux est de garantir un cadre clair et commun en veillant à ce que les indicateurs de soutenabilité soient harmonisés. Une lisibilité qui permettra d’expliciter les offres actuelles, facilitera leur comparaison et contribuera à apporter davantage de transparence à la Finance soutenable en rendant plus aisée la vérification d’un nombre limité d’indicateurs et en limitant les risques de Green washing et Social washing. Le second défi consiste à basculer vers une économie Net Zéro où les émissions de gaz émises et capturées s’équilibrent. Le Net Zéro va toucher toutes les industries du monde (transport, énergie, alimentaire, vestimentaire, automobile, IT…). Cette transition implique de repenser les processus industriels pour drastiquement réduire les émissions. Il s’agit également de développer des solutions pour que le carbone soit capturé avant le rejet du gaz dans l’atmosphère, mais aussi de multiplier les projets liés au stockage et à la détention de carbone. Ici, les solutions technologiques (direct air capture) ont leur place, mais doivent être pensées comme des compléments aux solutions fondées sur la nature, telles que l’afforestation, la reforestation et des mesures pour agir contre la déforestation.

 «Chez Lombard Odier, nous avons adopté une démarche très claire qui donne la priorité à l’alignement des portefeuilles de nos clients à cette profonde transformation économique. Cela signifie investir dans des entreprises qui participent activement à la transition écologique. Nous pensons que c’est le seul moyen de générer des rendements de qualité pour nos clients», Hubert Keller, Associé-gérant Senior, Groupe Lombard Odier.

Notre méthodologie de décarbonisation de portefeuilles tire parti des opportunités qu’offre la transition climatique. En pratique, nous avons développé des moyens sophistiqués de déterminer le niveau d’alignement des entreprises sur les trajectoires de décarbonisation issues des objectifs fixés par l’accord de Paris, dont le but est de limiter le réchauffement climatique à 1,5ºC/2ºC. Cette approche nous permet d’identifier des opportunités d’investissement à travers tous les secteurs de l’économie, y compris des secteurs à forte intensité carbone tels que le ciment, l’acier et le verre – ces secteurs sont trop souvent négligés par les stratégies d’investissement liées au climat, alors qu’ils font partie de la solution. En effet, les entreprises innovantes et vertueuses dans ces secteurs auront un impact très important dans la décarbonatation de l’économie, et disposeront d’un avantage compétitif. De plus, l’investisseur-actionnaire peut agir sur la politique de l’entreprise en utilisant son vote aux assemblées générales.

Nous avons développé des moyens sophistiqués de déterminer le niveau d’alignement des entreprises sur les trajectoires de décarbonisation issues des objectifs fixés par l’accord de Paris.
Jean-Benoît Mesnil

Jean-Benoît Mesnil,  Managing Director,  Lombard Odier

Une responsabilité engagée

Depuis sa création en 1796 à Genève, la banque privée Lombard Odier veille à agir en toutes circonstances de manière responsable. Le Groupe est fier d’avoir été en 2019 le premier gestionnaire de fortune et d’actifs mondial à obtenir la certification B Corp, l’une des plus avancées au monde en matière de responsabilité sociale des entreprises. Sa notation Fitch AA est également un gage de stabilité, de solidité et d’assise financière.

Présent au Luxembourg depuis 2010, le Groupe Lombard Odier compte plus de 2.600 employés (dont 240 au Luxembourg) répartis dans 28 bureaux et près de 23 juridictions à travers le monde. L’entreprise développe une politique de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) en cohérence avec l’accompagnement de ses clients, en sensibilisant au quotidien ses employés, en contrôlant son empreinte carbone et ses sources d’émissions, en appliquant les critères les plus stricts d’un point de vue soutenabilité à son futur siège social suisse. Le Groupe adapte son offre commerciale à l’environnement climatique actuel pour saisir les opportunités de cette transition.