PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS
MARCHÉS FINANCIERS

CHRONIQUE DES CHEFS ÉCONOMISTES

Une croissance en forme



stefan_van_geyt-_kbl_epb_copie.jpg

Stefan Van Geyt: «Ce nouveau monde de la sensibilisation high-tech aux questions de santé est porté par la demande des consommateurs, notamment parmi les millennials.» (Photo: KBL epb)

Chaque semaine, Paperjam vous propose le regard d’un chef économiste d’une institution bancaire ou financière sur l’actualité des marchés et de l’économie. Aujourd’hui, Stefan Van Geyt, group CIO au sein de KBL European Private Bankers, analyse les progrès en matière de santé et de bien-être personnel, propulsés par le numérique, bouleversant nos modes de vie et de travail et stimulant la croissance de tout nouveau secteur.

«L’Apple Watch a aidé des millions de personnes à travers le monde à rester en contact, à être plus actives et à vivre de façon plus saine au quotidien», déclarait fièrement le PDG d’Apple, Tim Cook, en septembre lors du lancement d’automne des produits du groupe. 

Le dirigeant d’une des entreprises les plus valorisées au monde semble accorder une importance démesurée à un gadget qui relève du plus petit segment de l’entreprise. Monsieur Cook percevrait-il dans cette montre numérique quelque chose qui nous échappe?

Lancée en 2015, l’Apple Watch était le premier produit entièrement nouveau de l’entreprise après le décès de son fondateur, Steve Jobs. Mais la véritable histoire commence bien avant, vers le milieu des années 1970.  

C’est à cette époque que la population mondiale a commencé à prendre du poids.

Lorsque Tim Cook lança la première Apple Watch, ses bienfaits pour la santé n’étaient guère évoqués. Les temps ont changé.

Stefan Van Geyt, group CIO au sein de KBL European Private Bankers

Depuis 1975, l’obésité a triplé à l’échelle mondiale. Aujourd’hui, 650 millions d’adultes sont obèses et 1,8 milliard sont en surpoids, dont 68% des adultes aux États-Unis, le pays le plus touché par ce phénomène au sein de l’OCDE, club qui réunit les pays riches. 

Toutefois, lorsque Tim Cook lança la première Apple Watch, ses bienfaits pour la santé n’étaient guère évoqués. Les temps ont changé. Aujourd’hui, lorsqu’on consulte la rubrique Montres du site internet de l’entreprise, le message est sans équivoque: «All new. For a better you.» 

Comme dans bien d’autres domaines, Apple n’est pas un pionnier sur le marché des dispositifs médicaux portables, un marché qui devrait dépasser 14 milliards de dollars d’ici 2022, contre 6 milliards en 2017. Dans le segment des «smartwatches» médicales, Apple domine avec une part de marché mondiale de 17%, loin devant Fitbit, un bracelet d’activité lancé en 2007 qui détient 9,5% du marché. 

Paradoxalement, ce sont les États-Unis qui constituent le plus gros marché des smartwatches médicales, avec 25% des adultes équipés aujourd’hui d’au moins un appareil de ce type. 

Il existe une foule d’autres dispositifs médicaux portables spécialisés, y compris ceux axés sur la gestion de l’asthme, des maux de dos et des ulcères. La société iSono Health, basée aux États-Unis, a même lancé un «soutien-gorge intelligent» capable d’évaluer les premiers signes du cancer du sein et de communiquer ces données à son médecin.

L’impact commercial d’une plus grande sensibilisation aux questions de santé par les nouvelles générations sera considérable.

Stefan Van Geyt, group CIO au sein de KBL European Private Bankers

Ce nouveau monde de la sensibilisation high-tech aux questions de santé est porté par la demande des consommateurs, notamment parmi les millennials, pour qui le jus de fruits fraîchement pressé a beaucoup plus de prestige que la bouteille de Coca. 

Les pouvoirs publics cherchent désormais à encourager de telles tendances par le biais de leurs politiques budgétaires: la Californie, par exemple, est parvenue à réduire la consommation de boissons sucrées de près de 10% suite à l’introduction d’une taxe sur les boissons gazeuses.

En général, les consommateurs accueillent favorablement de telles initiatives, tout comme les investisseurs, qui surveillent de plus en plus les indicateurs environnementaux, sociaux et de gouvernance des entreprises dans lesquelles ils investissent.

L’impact commercial d’une plus grande sensibilisation aux questions de santé par les nouvelles générations sera considérable. Les principaux secteurs qui en bénéficieront sont le sport, les produits alimentaires et les boissons, ainsi que les technologies de l’information (matériel comme logiciel), traitement de données compris.