POLITIQUE & INSTITUTIONS — Education

Covid-19 et école

Quarantaine assouplie pour les élèves de cycle 1



Les élèves du cycle 1 pourront attendre six cas positifs avant de se mettre en quarantaine. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne/archives)

Les élèves du cycle 1 pourront attendre six cas positifs avant de se mettre en quarantaine. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne/archives)

Les élèves de cycle 1 ne seront plus en quarantaine dès le premier cas positif de Covid-19. À partir du 21 janvier, la règle change et les vaccinés, guéris et/ou autotestés quotidiennement pendant une semaine peuvent retourner en classe.

Les règles de quarantaine s’assouplissent à l’école. Du moins au cycle 1 (pour les élèves de cinq ans et moins), où les mesures se conforment à celles des cycles supérieurs. Jusqu’ici, en cas d’élève positif dans une classe du cycle 1, tous les autres devaient se mettre en quarantaine. À partir du vendredi 21 janvier, ils pourront revenir, à plusieurs conditions. Être vacciné ou guéri permet un retour en classe sans contraintes. Les élèves sont simplement invités à réaliser un autotest quotidien pendant une semaine à la maison, avec déclaration sur l’honneur des parents. Ceux qui ne sont ni vaccinés ni guéris peuvent aussi choisir l’option de l’autotest quotidien et revenir. Mais s’ils ne veulent pas, ils devront rester en quarantaine pendant une semaine. À la fin de cette période, on leur demande un test PCR ou antigénique certifié négatif pour revenir en classe. En cas de refus de ce test, la quarantaine se prolonge d’une semaine.

Les mesures en cas d’élève positif dans une classe. (Photo: ministère de l’Éducation nationale)

Les mesures en cas d’élève positif dans une classe. (Photo: ministère de l’Éducation nationale)

La mise en quarantaine de la classe s’applique seulement à partir de six cas positifs, précise le ministère.

Un assouplissement que regrette le SNE

«Le testing renforcé que nous avons introduit au mois de novembre dernier dans les cycles 2 à 4 de l’enseignement fondamental s’est avéré être une mesure importante pour freiner la propagation du virus et permettre le maintien des cours en présentiel», justifie le ministre de l’Éducation nationale Claude Meisch (DP) dans une communication envoyée aux enseignants et aux parents mardi 18 janvier. Le but en l’étendant au cycle 1 est d’éviter la fermeture de classes au moindre élève positif en cette période marquée par la recrudescence des cas.

Le ministère n’a pas pu communiquer de chiffres récents à Paperjam. Ils doivent être rendus publics dans le prochain bilan hebdomadaire sur le Covid-19 du ministère de la Santé ce mercredi après-midi. Le dernier, concernant la première semaine de reprise après les vacances scolaires de Noël, fait seulement état d’une «large répartition des cas positifs d’élèves au niveau national».

«Compte tenu de l’augmentation rapide du nombre d’infections dans les écoles primaires et dans la population, est-il vraiment temps d’assouplir les règles de quarantaine au premier cycle?», interroge le Syndicat national des enseignants (SNE) dans un communiqué de presse. Il rappelle que contrairement aux élèves des cycles 2 à 4, ceux du cycle 1 ne doivent pas porter le masque et s’autotestent à la maison, et non à l’école. «L’avenir dira ce que vaut vraiment cette déclaration sur l’honneur.»

Des professeurs toujours absents 

En cas d’autotest positif, tout élève doit toujours s’isoler, prévenir l’enseignant, qu’il soit vacciné ou guéri, et suivre les règles générales à ce sujet: autodéclaration en ligne puis confirmation du résultat par un test PCR sur invitation de l’inspection sanitaire. Un élève vacciné ou guéri peut revenir en classe au bout de six jours si ses autotests sont négatifs les cinquième et sixième jours, sinon au bout de 10. Les autres s’isolent automatiquement 10 jours, sans test de sortie.

Les mesures en cas d’autotest positif. (Photo: ministère de l’Éducation nationale)

Les mesures en cas d’autotest positif. (Photo: ministère de l’Éducation nationale)

Du côté des enseignants, on note un taux d’absentéisme de 10% dans le primaire et de 8,5% dans le secondaire. Pour les remplacer, 300 personnes avaient déjà été recrutées pour l’année scolaire dans le fondamental et 80 dans le secondaire. 182 recrues supplémentaires dans le fondamental et 61 dans le secondaire sont venues les rejoindre depuis le début d’année.