POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

prise en charge

Soigner les auteurs de violence domestique



Virginie Giarmana, directrice de l'asbl Inter-Actions, et Taina Bofferding au moment de la signature de la convention. (Photo: SIP)

Virginie Giarmana, directrice de l'asbl Inter-Actions, et Taina Bofferding au moment de la signature de la convention. (Photo: SIP)

L'association sans but lucratif Inter-Actions et le ministère de l'Égalité entre les femmes et les hommes ont signé une convention pour développer une formation de lutte contre la violence domestique.

Protéger les victimes ne suffit pas. C’est en partant de ce constat que les responsables d’Inter-Actions ont pensé à créer une nouvelle formation destinée aux auteurs de violence domestique dénommée «Ee Schrëtt géint Gewalt». Une initiative saluée par la ministre Taina Bofferding  (LSAP) pour qui, «à côté de la protection des victimes, des campagnes de sensibilisation et de prévention, le travail avec les auteurs est un pilier essentiel dans la lutte contre la violence domestique.

Cette formation sera développée en partenariat avec le ministère de l'Égalité entre les femmes et les hommes, en concertation avec les autres acteurs du terrain, notamment le Riicht Eraus, qui reste le principal service agréé (conformément à la loi du 8 septembre 2003 sur la violence domestique) prenant en charge les auteurs adultes de violence domestique. Il s'agit de trouver des synergies et d'assurer le travail en réseau permettant ainsi l'échange de savoir-faire et d'expertise. La formation durera 80 heures réparties suivant les besoins et les profils des auteurs sur une dizaine de semaines.

En 2019, la police est intervenue 849 fois pour cause de violence domestique et a recensé 1.337 victimes, dont 63,3% de femmes. Le site violence.lu permet d’obtenir de l’aide en cas de violence domestique.