PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

CORINNE LAMESCH (PRÉSIDENTE DE L’ALFI)

«Préserver la dynamique du secteur des fonds»



264724.jpg

Corinne Lamesch est venue expliquer ses priorités à la rédaction de Paperjam ce vendredi 6 septembre. (Photo: Patricia Pitsch /Maison Moderne)

La reprise sonne, et avec elle les petits-déjeuners de la rédaction de Paperjam reprennent également. Ce vendredi, l’invitée était Corinne Lamesch, la nouvelle présidente de l’Alfi, qui nous a fait part de ses priorités pour assurer la compétitivité du secteur.

Avocate de formation, Corinne Lamesch est country head Luxembourg et head of legal Europe chez Fidelity International.  À la tête de l’Association luxembourgeoise des fonds d’investissement depuis l’été , elle possède une expérience de plus de 20 ans dans le secteur. Ce qui ne l’empêche pas de mettre encore les bouchées doubles pour assurer sa nouvelle fonction.

«Je dois me tenir au courant de tout ce qui bouge dans le métier et dans le monde. C’est un travail important pour un début de mandat.» Devenue la porte-parole officielle du secteur, elle met en avant la compétition internationale et estime que le secteur, qui  frôle la barre des 4.500 milliards d’actifs sous gestion , ne peut pas se reposer sur ses lauriers.

«Pour rester compétitif, il y a toujours beaucoup de travail à accomplir», note-t-elle. «Les autres pays ne dorment pas.»

De nouvelles pistes à exploiter

Elle voit notamment de nouveaux terrains à explorer dans la finance durable et dans les nouveaux produits de pension liés à une initiative européenne («pan-European personal pension product»). «Si nous nous donnons les moyens, nous pouvons à nouveau être des pionniers dans ces domaines, comme nous l’avons été dans les années 1980 pour les fonds Ucits.»

Mais pour maintenir la compétitivité de l’industrie des fonds, Corinne Lamesch estime que le Luxembourg doit aussi réfléchir aux aspects fiscaux, et notamment à  la taxe d’abonnement  dont il a été beaucoup question avant les élections législatives.

«Nous sommes bien d’accord que le secteur doit contribuer au budget de l’État, mais le Luxembourg est le seul pays à exiger cette taxe, qui est payée par l’investisseur. Les promoteurs qui veulent offrir le produit le plus efficient pour leurs clients regardent donc où aller.»

Si l’on regarde l’évolution des ventes nettes, au premier semestre, la croissance de l’Irlande a été meilleure que celle du Luxembourg.
Corinne Lamesch

Corinne Lamesch,  présidente de l’Alfi

Avec près de 4.500 milliards d’euros d’actifs et une place toujours très solide de leader du marché européen, le Luxembourg ne semble pas devoir trop s’inquiéter. «Nous avons toutes les raisons d’être optimistes, confirme Madame Lamesch. Mais si l’on regarde l’évolution des ventes nettes, au premier semestre, la croissance de l’Irlande a été meilleure que celle du Luxembourg.»

Autant de raisons de maintenir la vigilance et de lancer de nouveaux produits pour attirer de nouvelles sources de revenus. Ce seront en tout cas les priorités de la nouvelle présidente.