POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Tourisme Mice

Le plan d’action du Luxembourg Convention Bureau



François Lafont a détaillé le plan d’action du LCB, GIE créé en novembre 2018 par le ministère de l’Économie et la Ville de Luxembourg. (Photo: Paperjam)

François Lafont a détaillé le plan d’action du LCB, GIE créé en novembre 2018 par le ministère de l’Économie et la Ville de Luxembourg. (Photo: Paperjam)

La première édition des Luxembourg Business Events a eu lieu ce jeudi 26 septembre. François Lafont, CEO du Luxembourg Convention Bureau, a profité de l’occasion pour lancer un partenariat avec les acteurs du secteur des événements professionnels.

«Ce n’est pas normal que le Luxembourg ne soit pas dans le top 50. Il faut que notre destination soit reconnue immédiatement pour les acteurs du secteur des événements professionnels aux niveaux européen et mondial», a d’emblée expliqué François Lafont , CEO du Luxembourg Convention Bureau (LCB), jeudi, lors des Luxembourg Business Events.

Le LCB a profité de la première édition de la manifestation, organisée à Luxexpo The Box, pour lancer un partenariat avec les acteurs du secteur luxembourgeois. Ils étaient d’ailleurs venus en nombre assister à cet après-midi de conférences.

Un Convention Bureau «unique au monde»

François Lafont a explicité le plan d’action du LCB, GIE créé en novembre 2018 par le ministère de l’Économie et la Ville de Luxembourg, et a donc rappelé cet objectif, déjà affiché il y a un an , d’atteindre le top 50 des pays accueillant des événements Mice (Meetings, Incentives, Conferencing, Exhibitions).

«Nous avons appelé notre promesse ‘uniting people shaping the future’.» L’équipe du LCB est en train de se construire, quatre personnes sont présentes actuellement, et deux embauches sont en cours. «Le gouvernement et la Ville sont nos actionnaires, c’est unique au monde, cela prouve la volonté du Luxembourg d’être présent sur la carte des événements Mice.»

Un travail qui porte déjà ses fruits

Lex Delles , ministre du Tourisme, avait rappelé dans son discours d’introduction, jeudi, que «le Grand-Duché se positionne plus que jamais comme grand centre d’affaires et de congrès». Le LCB est donc en pleine structuration, et «notre rôle est vaste», confirme François Lafont. «Mais nous sommes là pour faciliter, faire en sorte qu’importer un congrès soit plus simple, plus évident. C’est un peu les Jeux olympiques tous les jours dans notre activité, par rapport à d’autres destinations avec qui nous sommes en concurrence.»

Pour le CEO du LCB, le Luxembourg «a les infrastructures pour accueillir des manifestations européennes ou mondiales, nous sommes donc tournés vers la vente, avec la volonté de rechercher le client, d’avoir une démarche proactive». Et le travail mené ces derniers mois porte déjà ses fruits, puisqu’«un peu plus de 60 manifestations potentielles ont été repérées et contactées».

Un memorandum of understanding

Deux porteurs de projet ont déjà répondu positivement pour prendre un rendez-vous. L’objectif du LCB est de faire progresser de 20% la partie Incentives («congrès», en français), d’ici à 2023, et de multiplier par deux le nombre de congrès internationaux.

François Lafont a ensuite détaillé le programme de travail prévu pour 2019 et 2020. «Nous nous appuyons notamment sur le travail préparatoire entrepris les années passées par le cluster Mice.» Un memorandum of understanding va être mis en place. «Toutes les structures peuvent devenir des partenaires du LCB. Notre but est d’être l’interlocuteur unique des porteurs de projet, de parler au nom de toutes les agences, tous les hôtels, etc., donc il faut que l’on soit bien d’accord sur ce que l’on va dire», a-t-il précisé.

Plusieurs réunions prévues avec les acteurs du secteur

Cinq catégories de partenaires sont ciblées: les infrastructures d’accueil de projet, l’industrie hôtelière, les agences événementielles, les sociétés de services et les entreprises de logistique. «Nous allons mettre en place un club d’ambassadeurs. Avoir une personne désignée dans chacun de vos secteurs est crucial.»

Dix réunions sont prévues en 2019 et 2020. «Beaucoup de task groups auront lieu en octobre et en novembre. Des formations, par exemple sur le CRM ou sur le site, auront lieu entre janvier et mai, parce qu’il faut que tout le monde sache les utiliser.» Des afterworks sont aussi au programme.

«Chasser en meute»

Un planning média a déjà été mis sur pied. Les premières campagnes seront lancées dès le mois de novembre, réparties à 30% sur un format papier, et à 70% sur le digital. Le LCB intègre également la Strategic Alliance of the National Convention Bureaux of Europe.

L’objectif clairement affiché par le LCB, et qui a eu un écho positif dans l’assistance jeudi, est de «chasser en meute, nous devons participer à des foires et des salons pour nous faire connaître», a insisté François Lafont.