POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

fiscalité

Des carburants plus chers pour protéger le climat



295249.jpg

La nouvelle hausse des accises sur les carburants visera prioritairement le diesel. (Photo: Shutterstock)

Le gouvernement a confirmé sa volonté d’une nouvelle hausse des accises sur les carburants au cours des premiers mois de 2020. En revanche, la réforme des frais de déplacement forfaitaires prévue dans l’accord de coalition ne se fera pas.

Les accises sur les carburants augmenteront bien en 2020, ont confirmé les ministres des Finances  Pierre Gramegna  (DP), de l’Énergie  Claude Turmes  (Déi Gréng) et du Travail  Dan Kersch  (LSAP). Une mesure en faveur du climat puisque «le secteur du transport représente à lui seul deux tiers du total des émanations de CO2».  Il s’agit de la seconde hausse après celle de mai 2019 . «Oui, c’est vrai. Mais la précédente remontait à 2012!», tempère le ministre des Finances.

Deux inconnues demeurent pour le moment.

Tout d’abord la hauteur de la hausse. Elle sera de 3 à 5 centimes par litre en ce qui concerne le diesel, de 1 à 3 centimes pour l’essence. «C’est une fourchette au sein de laquelle la hauteur de la hausse finale sera décidée au cours de l’année 2020», indique Pierre Gramegna. Le gouvernement souhaite en effet encore se laisser un peu de temps afin d’évaluer l’augmentation qui avait eu lieu en mai dernier (1 cent sur le litre d’essence, deux sur le litre de diesel). «Plus on a de mois de vente et plus l’estimation est intéressante», relève encore le ministre.

Le diesel dans le collimateur

La date d’entrée en vigueur de la prochaine hausse est le second point d’interrogation. Ce sera pour février, mars ou même avril.

Plus que l’essence, c’est bel et bien le diesel qui sera impacté directement. Et notamment le diesel professionnel. Le gouvernement ne fait pas mystère de son ambition de se rendre de moins en moins attractif pour les sociétés étrangères. «Grâce aux hausses, le diesel luxembourgeois est déjà moins intéressant que le belge. Et la nouvelle augmentation réduira encore la différence avec la France et l’Allemagne», note encore Pierre Gramegna.

Pour 2020,  le gouvernement s’attend donc à une baisse des ventes de carburants . Ce qui n’est pas clairement apparu au cours des neuf premiers mois de cette année. Les recettes fiscales sont cependant estimées à 958 millions d’euros. «Nous avons été d’une grande prudence au moment de l’élaboration du budget 2020», dit-il encore.

Pas de réforme des frais de déplacement forfaitaires

Parallèlement à cette mesure fiscale, le gouvernement a aussi voulu faire un geste de plus dans le cadre de la gratuité des transports publics, à partir du 1er mars prochain. La mesure fera en effet épargner 100 euros par an à un ménage classique de résidents. «Nous devons cependant constater que des personnes ne pourront pas utiliser les transports en commun, pour différentes raisons. Par volonté d’équité, décision a donc été prise de ne pas réformer les frais de déplacement forfaitaires tel que cela était prévu dans l’acte de coalition», a terminé Pierre Gramegna.