LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Bien-être

le parcours du mois

Objectif piste pour les runners d’ArcelorMittal Luxembourg



 Une trentaine de coureurs d’ArcelorMittal Luxembourg se rejoignent désormais pour la BusinessRun. (Photo: ArcelorMittal)

 Une trentaine de coureurs d’ArcelorMittal Luxembourg se rejoignent désormais pour la BusinessRun. (Photo: ArcelorMittal)

Il a suffi qu’une personne se mette à courir chez ArcelorMittal Luxembourg pour créer une émulation. Depuis, une poignée de coureurs se retrouvent les mardis et jeudis pour des entraînements qualifiés de «sérieux».

Quand il rejoint le siège d’ArcelorMittal Luxembourg en 2014, Anthony Parrico profite de son temps de midi pour aller courir. Parti en solitaire, il est vite rejoint par l’un ou l’autre collègue, tous attirés par l’idée de se vider la tête. «Couper sa journée de travail pour aller courir est vraiment bénéfique», explique-t-il. «On repart gonflé à bloc pour l’après-midi.»

Au fur et à mesure, un petit groupe se forme et se donne rendez-vous devant le bâtiment du boulevard d’Avranches les mardis et les jeudis sur les coups de 12h15. «Notre souhait est vraiment de réaliser des séances qui nous font progresser. De Bonnevoie, nous traversons donc régulièrement le Grund pour rejoindre la piste de l’Institut national des sports (INS), situé rue de Trèves. Un premier parcours d’environ 2,5km. Ça permet déjà de se mettre en jambes, puis de réaliser des exercices de fractionné sur la piste.»

Sur l’anneau, Anthony Parrico prépare le programme d’entraînement du jour, adapté au niveau de chacun. C’est l’avantage de la piste: chacun tourne à son rythme, selon sa forme du moment. «Nous réalisons parfois aussi des entraînements en côte», poursuit-il. Le petit bois derrière l’INS permet ce type de séance.

Généralement, le groupe était composé de 4 à 5 habitués auxquels se joignaient une dizaine de collègues plus occasionnels. Mais, l’effet de groupe faisant son effet, la «bande» d’ArcelorMittal a rapidement été rejointe par celle de la banque HSBC. «Nos bureaux sont quasiment l’un en face de l’autre.»

Si les entraînements sont devenus communs – sur piste, le long de l’Alzette ou dans les bois –, les runners du groupe sidérurgique ont aussi pris goût à la compétition. Depuis quelques années, ils participent à la BusinessRun, en septembre, où la compétition se déroule par équipes de trois personnes sur une distance de 5km. 

«Cette compétition séduit de plus en plus de monde dans la société», note Anthony Parrico. «Lors de la dernière édition, nous avons pu inscrire 10 équipes.»

Tout cela, c’était évidemment avant la crise sanitaire qui a contraint l’employeur à fermer les vestiaires. Depuis un an, les entraînements sont donc en veilleuse, mais les habitués espèrent pouvoir se retrouver le plus vite possible pour, à nouveau, mêler leurs foulées dans les rues de la capitale.

Cet article est issu de la newsletter Paperjam Running, le rendez-vous mensuel pour suivre l’actualité du running au Luxembourg.  Vous pouvez vous abonner en suivant ce lien.