LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

J’ai testé

Une nuit au château de Clemency



Le château de Clemency a été transformé en maison d’hôtes. (Photo: Georges Waringo)

Le château de Clemency a été transformé en maison d’hôtes. (Photo: Georges Waringo)

Le château de Clemency a été réaménagé en chambres d’hôtes et dégage une atmosphère de caractère qui mélange contemporain et amour des objets chinés.

Non loin de la frontière belge, la commune de Clemency abrite un petit château résidentiel de style Renaissance. Datant de la moitié du 17e siècle, il a été racheté par Pascal Zimmer en 2004, qui l’a remis en état avec beaucoup d’attention et transformé en maison d’hôtes au charme certain.

La demeure n’est pas immédiatement visible depuis la rue, puisque le château de Clemency, qui a plutôt les dimensions d’une belle maison de maître, se situe en seconde ligne. Juste à côté de l’église, la demeure se présente robustement dans une cour carrossable qui dessert également d’autres habitations. Le parking à l’arrière permet de se garer sans difficulté et de décharger les valises.

Les voisins, Margot et Manu, ont accepté d’être les «concierges» de cette belle demeure, et accueillent avec gentillesse les visiteurs pour leur remettre les clés et leur expliquer le fonctionnement de la maison. Quand Pascal Zimmer découvre le château de Clemency, il est dans un état de délabrement avancé. Mais l’architecte a su voir le potentiel de cette belle demeure et a choisi de la restaurer en douceur.

Badigeon à la chaux, moulures d’époque, encadrements et portes en bois, bel escalier en pierre… les atouts de cette demeure sont multiples. À cela se rajoutent quelques éléments contemporains choisis avec soin, qui se lisent parfaitement comme tels et contribuent à apporter du confort.

Après avoir rempli un formulaire pour laisser nos coordonnées, Manu nous présente les espaces communs du château et les chambres. Car au château de Clemency, le principe est de partager certains espaces avec les autres clients, dans un esprit de convivialité et de découverte. Nous avons ainsi accès à une cuisine équipée et à une salle à manger.

Les espaces communs

La cuisine porte indubitablement les traces du passé: on retrouve les anciennes niches de cuisson, le vieux sol en pierre et même un ancien puits. Chaque chambre dispose de son mini-frigo pour y stocker les denrées que les clients auront ramenées pour leurs repas. La vaisselle est de qualité, dans un esprit ancienne maison de campagne. L’essentiel de la batterie de cuisine est là, pas de crainte pour préparer un petit repas. Les matériaux de la rénovation sont de qualité, l’art contribue au sentiment de «maison habitée». Si la cuisine est équipée d’un bar qui sera parfait pour l’apéritif ou le petit-déjeuner, la salle à manger est plus appropriée pour le dîner.

Située juste en face de la cuisine, nous sommes accueillies dans cette salle par une grande geisha qui orne le mur. Outre la grande table à partager, la pièce est joliment meublée avec une bibliothèque et quelques gravures anciennes. Chaleureuse et de taille modeste, elle est parfaite pour des repas conviviaux.

La cuisine porte encore les traces du passé. (Photo: Georges Waringo)

1 / 3

L’art s’invite dans la cuisine partagée. (Photo: Georges Waringo)

2 / 3

Dans la salle à manger, une grande table attend les convives. (Photo: Georges Waringo)

3 / 3

Les chambres

Après avoir emprunté un bel escalier en pierre, on accède à un premier palier où se trouvent nos chambres, la «Tribute» et «Années 20». Chaque chambre est en effet thématisée et meublée en adéquation. Ainsi, la «Tribute» est un hommage aux ouvriers des mines de charbon locales à travers un choix de gravures et de statuettes de miniers. Celle des «Années 20» fait évidemment référence aux Années folles, avec une reproduction d’un tableau de Lolita de Lempicka, un ensemble de vieilles caméras, un sol en zinc comme clin d’œil aux premiers avions ou encore un transat ayant certainement voyagé sur un paquebot transatlantique. Les salles de bains, elles, sont parfaitement contemporaines, traitées dans un esprit minimaliste et géométrique très réussi.

 La chambre «Années 20» est un hommage aux premiers grands voyages. (Photo: Georges Waringo)

1 / 5

La salle de bains de la chambre «Années 20» est aménagée dans un esprit minimaliste. (Photo: Georges Waringo)

2 / 5

La chambre «Tribute» est un hommage aux miniers de la région. (Photo: Georges Waringo)

3 / 5

Plusieurs gravures évoquant l’univers des mines ornent les murs de la chambre «Tribute». (Photo: Georges Waringo)

4 / 5

Vue de la salle de bains de la chambre «Tribute». (Photo: Georges Waringo)

5 / 5

Mais d’autres thèmes sont aussi développés dans les autres chambres: «Sherlock» et son espace meublé comme un cabinet de curiosité; «Peggy’s» qui transpose ses visiteurs dans l’ambiance de la Belle Époque; ou encore l’espace «Pascal’s Angels», clin d’œil à «Charlie et ses drôles de dames», qui rassemble tout ce que le propriétaire aime.

La chambre «Sherlock» dispose d’un confortable coin cheminée. (Photo: Georges Waringo)

1 / 6

Pour l’espace nuit, la chambre «Sherlock» est plus sobre, tout en restant très travaillée. (Photo: Georges Waringo)

2 / 6

 La chambre «Peggy’s» est plus richement décorée. (Photo: Georges Waringo)

3 / 6

L’art s’invite également dans les chambres. (Photo: Georges Waringo)

4 / 6

L’espace «Pascal’s Angels» est le plus vaste de la maison. (Photo: Georges Waringo)

5 / 6

La suite dispose même d’une cuisine privative. (Photo: Georges Waringo)

6 / 6

Partout, on sent l’attention que Pascal Zimmer a apportée à la restauration de la demeure. Rien n’est forcé, tout semble naturel et respectueux. On s’approprie les lieux de ce château comme on le ferait dans une maison de famille. On s’y sent bien, la convivialité s’y installe facilement.

Les chambres sont proposées à la nuit ou à la semaine (drap et nettoyage final compris). www.chateaudeclemency.lu