PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fintech

Fintech

Novi, le wallet de Facebook, se lance avec le pax dollar



Facebook Finance a lancé Novi avec le stablecoin de Pax, la société qu’utilise aussi PayPal pour se lancer dans les cryptos. (Photo: Shutterstock)

Facebook Finance a lancé Novi avec le stablecoin de Pax, la société qu’utilise aussi PayPal pour se lancer dans les cryptos. (Photo: Shutterstock)

Sans attendre sa licence bancaire, Facebook a lancé son portefeuille numérique, Novi, sur une base provisoire, avec le pax dollar et les services de CoinBase. Et seulement pour les États-Unis et le Guatemala.

Au diable les régulateurs financiers! Facebook avait envie de lancer Novi, Facebook a lancé Novi. Mardi, la filiale fintech du géant, 2F pour Facebook Finance, a mis en route une version pilote de son portefeuille numérique aux États-Unis et au Guatemala .

Si l’on comprend le lancement aux États-Unis, le second répond à une logique de marché: 100% des résidents ont un smartphone, mais seulement 56% ont accès aux services financiers. Qui plus est, l’argent envoyé depuis l’étranger vers le Guatemala représente 14% du PIB et 90% de ces montants viennent des États-Unis, a expliqué le responsable de 2F, David Marcus, sur Twitter.

La nouvelle version du Calibra sera accessible depuis Facebook, Instagram et Messenger. Dans les deux pays où le pilote est déployé, les utilisateurs pourront échanger des pax dollars, un stablecoin de Pax, la société américaine – et réglementée – qui a aussi permis à PayPal de se lancer dans les cryptomonnaies. C’est Coinbase Custody, qui gère déjà 180 milliards d’actifs, qui a accepté de s’occuper de la protection des fonds en pax dollars du groupe Facebook.

Mais le Diem, la monnaie numérique imaginée par Facebook, remplacera bien – ou s’ajoutera – à ce pax dollar, aussitôt que Novi aura eu les autorisations réglementaires.

Novi Holding a enregistré, en mars, une structure au Luxembourg: Novi Financial Luxembourg , dont on imagine aisément qu’elle pourrait essayer d’être régulée auprès de la CSSF pour passeporter ses activités dans l’Union européenne, même si ses développements sont plutôt réalisés en Suisse.

Cet article est issu de la newsletter hebdomadaire Paperjam Trendin’, à laquelle vous pouvez vous abonner  en cliquant ici .