POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Claude Turmes, ministre de l’Énergie

«Nous devons sortir des énergies fossiles»



Le ministre de l’Énergie, Claude Turmes, a réagi mercredi soir sur le plateau de RTL aux critiques contre la politique climatique du gouvernement, notamment celles émises par le GPL. (Photo: Matic Zorman/Archives)

Le ministre de l’Énergie, Claude Turmes, a réagi mercredi soir sur le plateau de RTL aux critiques contre la politique climatique du gouvernement, notamment celles émises par le GPL. (Photo: Matic Zorman/Archives)

Le ministre de l’Énergie, Claude Turmes, a réagi aux propos du Groupement pétrolier luxembourgeois qui critiquait récemment la politique climatique du gouvernement, notamment la hausse des accises, et a souligné la nécessité de vendre moins de diesel et d’essence.

«Si ces gens pensent que nous pouvons mener une politique climatique tout en continuant, malgré tout, de vendre autant de diesel et d’essence, alors je crois qu’ils vivent sur une autre planète!», a déclaré mercredi soir le ministre de l’Énergie,  Claude Turmes , sur le plateau télévisé de RTL.

«Je ne veux pas raconter d’histoires aux gens», a-t-il ajouté. «Faire de la politique climatique signifie que nous devons sortir des énergies fossiles, c’est-à-dire du charbon, du pétrole et du gaz».

Claude Turmes répondait ainsi aux critiques émises contre la politique climatique du gouvernement, notamment aux  propos récemment tenus par le Groupement pétrolier luxembourgeois  (GPL), qui assurait que «l’augmentation des accises n’est pas une mesure de politique climatique vu que l’unique conséquence de cette mesure est une délocalisation des ventes vers d’autres pays».

Le GPL demandait notamment d’«adapter la taxation des produits pétroliers de façon prudente» afin de «donner le temps nécessaire au secteur pour se réorienter en fonction de la demande de carburants», et d’«augmenter le taux d’énergies renouvelables dans les carburants de façon linéaire».

Une politique «qui appartient définitivement au passé», juge Claude Turmes. «Nous devons agir.» Une nécessité si le gouvernement veut accomplir les objectifs de la feuille de route pour le climat  récemment adoptée  en conseil.