COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Management

tom seale (membre du jury du paperjam top 100)

«Nous avons dû trouver des compromis»



«Nous voulions, d’une certaine manière, tourner la page et mettre en évidence la nouvelle génération, sans oublier la contribution des anciens», affirme Tom Seale, membre du jury du Paperjam Top 100 2020. (Photo: Olivier Dessy/Archives)

«Nous voulions, d’une certaine manière, tourner la page et mettre en évidence la nouvelle génération, sans oublier la contribution des anciens», affirme Tom Seale, membre du jury du Paperjam Top 100 2020. (Photo: Olivier Dessy/Archives)

C’est mercredi, à partir de 19h, qu’aura lieu la cérémonie du Paperjam Top 100. Tous les deux ans, à l’initiative de Paperjam, un jury d’experts indépendants établit le classement des décideurs économiques les plus influents du pays. Tom Seale, administrateur de sociétés, était l’un de ceux-ci.

La notion d’influence a été au cœur des arbitrages du jury, selon le principe du Paperjam Top 100. Comment appliquer la notion d’influence à différents profils? Quelle connotation avez-vous souhaité donner à cette vaste notion d’influence?

Tom Seale . – «Nous vivons dans un système capitaliste et la richesse de notre pays, certes encadrée par les lois et les structures de support, vient principalement de la créativité, de l’audace, de la conviction et du leadership de nos acteurs économiques, c’est-à-dire des entrepreneurs, des patrons et leurs conseillers. J’ai essayé de privilégier ces profils.

Sur base de quelles valeurs avez-vous opéré vos choix? Quelle forme de leadership avez-vous souhaité mettre en avant via ce classement? Avez-vous souhaité donner un signal ou un message via ce classement?

«La liste du Top 100 existe depuis 14 ans. Nous voulions, d’une certaine manière, tourner la page et mettre en évidence la nouvelle génération, sans oublier la contribution des anciens.

Évidemment, nous avons mis sur la liste les acteurs qui ont contribué à la bonne gestion de la crise du Covid.
Tom Seale

Tom Seale,  administrateur de sociétés

Qu’est-ce qui a été particulièrement difficile dans ce travail? Que retenez-vous de cette participation en tant que juré?

«Cent personnes, c’est un nombre à la fois grand et petit. Parfois, je ne connaissais pas un tel candidat. À travers les discussions du jury, nous avons pu compléter une mosaïque sur base des connaissances de chacun pour finaliser nos choix.

Comment la crise actuelle a-t-elle pesé dans vos choix?

«Évidemment, nous avons mis sur la liste les acteurs qui ont contribué à la bonne gestion de la crise du Covid.

Quelles (bonnes) surprises retenez-vous?

«Nous avons pu augmenter sensiblement le poids des non-Luxembourgeois dans notre liste. Les chiffres statistiques montrent la logique de cette orientation. 45% des 443.000 emplois occupés l’étaient par des frontaliers, selon une étude récente du Statec, qui a démontré aussi que les résidents de nationalité luxembourgeoise n’occupaient que 26% de ces mêmes postes.

La question qui fâche: comment l’influence a-t-elle opéré au sein du jury?

«Comme souvent lors d’un travail en groupe, nous avons dû trouver des compromis. Les avis n’étaient pas toujours unanimes. Mais tout le monde a pu s’exprimer dans un cadre constructif. Notre présidente était soucieuse d’impliquer tout le monde dans les débats. Bravo!»

La cérémonie du Paperjam Top 100 aura lieu ce mercredi 16 décembre à partir de 19h depuis l’auditorium de PwC.

Pour la suivre:

- si vous êtes un CEO membre du Paperjam Club, vous pourrez profiter d’une plateforme exclusive pour rencontrer les lauréats et échanger avec vos pairs. Les inscriptions se font ici.

- une retransmission en streaming sera assurée sur le site internet paperjam.lu  et accessible à tous.

Plus de 1.000 personnes sont attendues en ligne pour ce qui sera la soirée incontournable de cette fin d’année.

Le classement du Top 100 et les biographies des lauréats seront publiés dans le magazine Paperjam, disponible en kiosque à partir du jeudi 17 décembre.