ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

3 questions à Aurélien Dobbels et Nicolas Legay (Cocoonut)

«Notre principal atout a été de fédérer autour de nous une dream team»



«Pendant plusieurs semaines, nous avons parlé de coliving et de Cocoonut à qui voulait bien l’entendre; et c’est toujours le cas d’ailleurs!» (Photo: Cocoonut)

«Pendant plusieurs semaines, nous avons parlé de coliving et de Cocoonut à qui voulait bien l’entendre; et c’est toujours le cas d’ailleurs!» (Photo: Cocoonut)

En amont de l’événement Start-up Stories: Round 4 organisé par le Paperjam Club le mardi 10 novembre chez Welkin et Meraki, les représentants de la société Cocoonut, Aurélien Dobbels et Nicolas Legay, partagent leur vision d’entrepreneurs.

D’où vous est venue l’idée de votre start-up?

Aurélien Dobbels. – «Depuis des années, le marché immobilier luxembourgeois est tendu. L’expérience liée au logement y est encore maigre malgré une demande toujours plus importante, avec une très forte immigration depuis des années. 

Trouver un logement requiert beaucoup de temps et d’énergie. Les baux sont peu flexibles, les dépenses liées au loyer, aux dépôts de garantie, aux charges et à l’ameublement sont souvent trop importantes pour de jeunes actifs, qui finissent par vivre dans des conditions parfois précaires. Sans compter la solitude! 

Nous avons ainsi créé  Cocoonut , une entreprise qui conçoit et gère des espaces de coliving. 

Le coliving est avant tout un art de vivre permettant de profiter aussi bien d’espaces privatifs (chambre, salle de bain, WC, dressing, bureau) que d’espaces partagés (cuisine, salle à manger et salon), avec un niveau de services digne d’un hôtel. Cocoonut  est le premier opérateur de coliving au Luxembourg et met un accent particulier sur les nouveaux arrivants en facilitant leur intégration dans leur nouveau pays d’accueil. 

Par ailleurs, le fait d’avoir été nous-mêmes confrontés à ce marché difficile nous permet d’être conscients qu’il y a un vrai potentiel pour améliorer l’accès au logement au Grand Duché et dans la Grande Région; notre offre se différencie par une expérience unique basée sur la flexibilité, la technologie et l’aspect communautaire. 

De l’idée à sa concrétisation, il n’y a qu’un pas… et pourtant. Quel a été l’élément déclencheur de votre aventure entrepreneuriale?

«Une pizza 🍕! Je m’explique ;). 

Ni Nico ni moi-même n’avions d’expérience dans l’immobilier. 

Aussi nous souhaitions développer notre réseau et recherchions un troisième cofondateur avec des compétences dans cette industrie. 

Pendant plusieurs semaines, nous avons parlé de coliving et de Cocoonut à qui voulait bien l’entendre; et c’est toujours le cas d’ailleurs! 

De fil en aiguille, et après des dizaines de prises de contact, nous sommes entrés en relation avec Laurence Brix, l’ancienne responsable Marketing d’Inowai. Nous l’avons invitée à déjeuner autour d’une pizza et lui avons présenté Cocoonut. 

Elle nous a ensuite mis en relation avec Vincent Bechet , le CEO d’Inowai, et Jean-Nicolas Montrieux , le COO d’Inowai et également responsable du résidentiel. Le courant est très bien passé et nous avons commencé notre collaboration de cette façon. 

Grâce à eux, Cocoonut a rapidement gagné en crédibilité et nous avons pu nous appuyer sur leurs compétences et expertise pour développer notre pipe de projets. 

Quelles sont les qualités nécessaires pour lancer sa start-up?

«Je ne ferai aucune généralité et ne parlerai que de notre expérience avec Nico. 

Il aura été nécessaire de provoquer la chance pour obtenir ce premier rendez-vous avec Laurence. Tout est parti de là. Nous avions contacté des dizaines de personnes qui n’ont pas donné suite avant d’obtenir ce déjeuner. Avant, il a fallu y croire, échouer et essayer encore. 

Une fois que nous sommes entrés en relation avec Inowai, tout s’est démêlé et accéléré. Peu familiers avec le monde de l’immobilier, acquérir de la crédibilité était dans notre cas un élément essentiel. Inowai nous l’a apporté, et cela nous a permis de convaincre des promoteurs, des family offices, des HNWI et autres investisseurs. 

Pour Nico et moi, notre principal atout a été de fédérer autour de nous une dream team composée de professionnels de l’immobilier et du digital et ainsi d’avoir toutes les compétences pour nous développer et proposer nos services aux personnes souhaitant avoir une exposition au coliving dans leur portefeuille d’investissement.»