POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Suite aux élections en Allemagne

Wolfgang Schäuble tire sa révérence de l’Eurogroupe



Membre de l’Eurogroupe pendant huit ans, Wolfgang Schäuble, 75 ans, deviendra, fin octobre, le président du Bundestag suite aux élections législatives allemandes. (Photo: Licence C.C.)

Membre de l’Eurogroupe pendant huit ans, Wolfgang Schäuble, 75 ans, deviendra, fin octobre, le président du Bundestag suite aux élections législatives allemandes. (Photo: Licence C.C.)

Le ministre allemand des Finances, figure centrale de la politique économique mise en place au cours de la décennie écoulée, a participé lundi à sa dernière réunion des ministres des Finances de la zone euro. L’occasion pour lui de dresser un dernier avertissement.

C’est une page de l’histoire économique de l’UE qui vient de se refermer. Lundi, Wolfgang Schäuble, ministre allemand des Finances, a participé à sa dernière réunion de l’Eurogroupe, club des ministres des Finances de la zone euro. En poste depuis 2009, celui qui deviendra le prochain président du Bundestag le 24 octobre prochain en était non seulement le doyen, mais aussi la personnalité la plus influente. En raison de la place de son pays au sein du dispositif européen, mais aussi et surtout de son intransigeance.

Incarnation pour les Allemands - et spécialement auprès des électeurs chrétiens-sociaux – du modèle du bon gestionnaire, capable de réduire le déficit national à zéro tout en ayant une vision européenne, le politicien de 75 ans possède une image controversée dans le reste de l’Europe. Celle de la rigueur budgétaire à tout prix, de l’austérité sans concession, particulièrement envers les pays ne respectant pas les règles du pacte de stabilité. Et pire encore envers ceux qui sollicitent l’aide financière de l’Union.

Wolfgang Schäuble, un type vraiment génial.

Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques et financières

C’est une fois encore sur ce registre que le grand argentier allemand a fait ses adieux politiques à ses homologues européens, dans un entretien accordé au Financial Times. Mettant en garde contre les risques d’une nouvelle crise financière, celui qui a perdu l’usage de ses jambes dans un attentat perpétré contre lui en 1990 a dénoncé «l’accumulation de quantités toujours croissantes de liquidités et la croissance des dettes publiques et privées» à travers le monde.

Reparti avec un drapeau européen signé par l’ensemble des ministres des Finances, l’Allemand laisse derrière lui un héritage salué. Quel que soit le prochain ministre des Finances allemand, «la donne ne sera plus la même», a indiqué Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques et financières, évoquant même «un type vraiment génial» et doté «d’une grande intelligence, d’un immense courage».

À noter enfin que le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem, actuel président de l’Eurogroupe, restera à son poste jusqu’en janvier prochain, date prévue de la fin de son mandat. Et ce même s’il quitte le gouvernement néerlandais dans le cadre de la formation d’un nouveau gouvernement. Le nom de son successeur doit être dévoilé le 4 décembre prochain. Ce dernier effectuera alors un mandat de deux ans et demi.