POLITIQUE & INSTITUTIONS

Vœux à la presse

Un «tout petit pas» vers plus de transparence



bettel_infalt.jpg

Selon Roger Infalt, président du Conseil de presse (au centre), la grande nouvelle des vœux du Premier ministre tient dans la répartition de la future aide à la presse. (Photo: Christophe Olinger)

Lors de ses vœux à la presse, le Premier ministre a annoncé jeudi la mise en place d’une circulaire obligeant les fonctionnaires à communiquer leurs informations sur les dossiers en cours. Sauf que pour le Conseil de presse, cela ne va pas assez loin.

Réunis comme chaque année au sein du Musée national d’Histoire et d’Art, les représentants des organes de presse ont assisté aux traditionnels vœux du Premier ministre. Outre l’évocation de «la difficile année 2015» marquée notamment par «deux séries d’attentats perpétrés à deux heures en train de Luxembourg», Xavier Bettel a officiellement présenté une circulaire destinée à «autoriser les fonctionnaires à communiquer les informations sur les dossiers en cours avec la presse».

Une nouveauté accueillie avec circonspection par Roger Infalt, président du Conseil de presse. «C’est une étape, un premier petit pas qui vient mettre à mal la circulaire Santer, datant de 1990, qui interdisait aux fonctionnaires de parler avec les journalistes et stipulait que les informations devaient passer par le ministre ou son porte-parole.» Mais au lieu de la transparence prônée par le gouvernement, le président de l’organe représentant les journalistes professionnels assure qu’il «reste sur sa faim».

La réforme de l'aide à la presse se trouve dans la dernière ligne droite.

Xavier Bettel, Premier ministre

Car «ce qui avait été promis, c’était la mise en place d’un droit spécifique pour les journalistes, inscrit dans une loi, garantissant un accès aux informations. Ce qui n’est pas encore le cas.» Pour Roger Infalt, la situation actuelle tient à la fois «aux précédents gouvernements qui ont tout fait pour que la transparence de l’information ne se fasse pas», mais aussi à la passivité des principaux concernés «qui n’ont rien entrepris contre cet état de fait et qui ont été trop gentils».

Comme l’an passé, Xavier Bettel a évoqué la réforme de l'aide à la presse, principe instauré par le Premier ministre libéral Gaston Thorn en 1976. La réforme de la version de loi en vigueur datant de 1998 avait été présentée en 2014 afin de «promouvoir la diversité de la presse en incluant les médias numériques». Selon Xavier Bettel, le texte se trouve désormais «dans la dernière ligne droite» et doit permettre aux rédactions online de bénéficier désormais de cette aide. Sans toutefois que le montant des aides versées à la presse papier ne diminue.

«Et ça, c’est, à mon avis, la grande nouvelle de ce discours», juge le président du Conseil de presse. «Car il y a encore un an ou un an et demi, il n’en était pas question.»