POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Feuille de route

Un pas de plus vers une stratégie financière durable



feuille_de_route.png

Pierre Gramegna et Carole Dieschbourg ont présenté la feuille de route, en présence d’Eric Usher de l’Unep Fi. (Photo: DR)

Le gouvernement dispose désormais d’une feuille de route pour une finance durable. Un document préparé par une «task force» composée des acteurs financiers de la Place et du monde politique, sous le contrôle étroit de l’agence onusienne Unep Fi. Une entité public-privé pour rendre la finance plus durable a aussi été créée.

Pas à pas, le Luxembourg investit dans des démarches pour une finance plus durable. Ce jeudi, la ministre de l’Environnement, Carole Dieschbourg, et le ministre des Finances, Pierre Gramegna, ont présenté une «feuille de route pour une finance durable». Un événement où était également présent Eric Usher, chef de l’initiative financière du Programme des Nations unies pour l’environnement (Unep Fi).

C’est en effet cette agence spécialisée de l’Onu que le gouvernement a mandatée en janvier dernier pour élaborer sa feuille de route. Le travail a été réalisé par un groupe d’experts comprenant les principaux acteurs de la place financière (ABBL, Alfi, Aca, CSSF et Bourse de Luxembourg) et Innpact, le spécialiste en finance d’impact établi au Luxembourg.

L’intérêt de cette initiative est d’orienter de plus en plus les investisseurs vers des projets aptes à limiter l’impact du réchauffement climatique. «Les fonds présents au Luxembourg représentent actuellement plus de 4.200 milliards d’euros d’actifs, c’est une masse importante qu’il faut pouvoir orienter», observe Pierre Gramegna.

La feuille de route, en dressant un inventaire des initiatives déjà existantes au Grand-Duché dans le domaine de la finance durable, veut fournir les bases d’une stratégie financière durable pour le pays. Mais, insistent les deux ministres, «elle ne pourra se mettre en place qu’en mobilisant tous les acteurs, privés et publics.»

Une stratégie financière durable ne pourra se mettre en place qu’en mobilisant tous les acteurs, privés et publics.

Carole Dieschbourg et Pierre Gramegna

Le Luxembourg a déjà pris différentes initiatives dans ce sens, comme la création de la première «bourse verte» avec le Luxembourg Green Exchange, le lancement d’un Climate Finance Accelerator, la mise en place du Forestry and Climate Change Fund et la création, récemment, de lettres de gage en énergie renouvelable

«L’Union européenne est à la pointe de ce combat et le Luxembourg fait partie des acteurs qui tirent le projet, convient Eric Usher, mais il ne faut pas s’en contenter.» Il rappelle notamment que les investissements pour lutter contre le réchauffement climatique exigeront rapidement des moyens à hauteur de 1.500 milliards de dollars par an.

Enceinte pour la finance durable

«Dans le cadre de cette feuille de route, nous avons décidé de mettre en place une entité public-privé, la ‘Luxembourg Sustainable Finance Initiative’, une enceinte rassemblant les différents acteurs de la finance durable pour élaborer la stratégie nationale de la finance durable du pays», a précisé Carole Dieschbourg.

Une stratégie qui prévoit d’analyser les mesures fiscales, les mesures d’incitation à l’investissement, de favoriser le progrès technologique ou l’éducation à la finance durable.