PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS

Croissance

SGG investit 90,3 millions de dollars



sergekrancenblum_sgg.jpeg

Pour Serge Krancenblum, les acquisitions permettent au groupe de se doter d’une taille critique nécessaire pour répondre aux besoins des clients de plus en plus internationaux. (Photo: Maison Moderne)

SGG a annoncé mardi avoir réalisé une acquisition à l’île Maurice. Une étape à 90,3 millions de dollars qui sera suivie d’autres selon le CEO du groupe, Serge Krancenblum.

SGG a adapté sa gouvernance afin de poursuivre son plan de croissance internationale, tant organique que par la réalisation d’acquisitions. «C’est une grande partie de mon travail», déclare Serge Krancenblum. Le CEO group de SGG dédie largement son agenda à repérer, analyser et, le cas échéant, concrétiser des opportunités à l’international. «Nous regardons les métiers dans lesquels nous voulons être et qui vont assurer la pérennité de notre firme, en fonction des zones géographiques dans lesquelles nous avons besoin d’une présence.»

En ajustant son organisation managériale avec notamment le choix de Jean-Marie Bettinger en tant que managing director à Luxembourg, SGG veut consolider sa présence au Grand-Duché et dans les pays voisins, tout en explorant des zones géographiques plus lointaines et à fort potentiel.

C’est d’ailleurs en plein océan Indien, et plus précisément à l’île Maurice, que SGG a trouvé une société qui répondait à ses critères. Le groupe basé à la Cloche d’Or a annoncé mardi la reprise à 100% des services globaux du groupe Cim Financial Services: Cim Global Business. 

L’entreprise a été acquise pour 90,3 millions de dollars, selon le communiqué de Cim Financial Services. Cim Global Business intégrera entièrement la marque et l’organisation du groupe SGG.

Avec une «clientèle de premier choix», notamment parmi les plus grands fonds d’investissement en Afrique, le nouveau maillon de la chaîne des services de SGG possède aussi une plateforme technologique qui représente un avantage compétitif potentiel.

«Nous voulons réaliser des opérations stratégiques en contentant toujours les parties prenantes: les clients, les salariés et les actionnaires», ajoute Serge Krancenblum. «Nous voulons porter une attention à l’administration de fonds, particulièrement dans l’alternatif, et les métiers adjacents, ainsi que les métiers de services aux family offices.»

Doubler de taille 

«L’objectif est de doubler la taille de l’entreprise tous les quatre ans, pas pour être plus gros, mais pour être davantage présent et répondre aux besoins d’une clientèle de plus en plus internationale», indiquait Serge Krancenblum en novembre 2016 à Paperjam.

Avec cette acquisition, le groupe SGG en prend le chemin, en ajoutant faisant passer la taille de sa structure de 550 à 800 personnes. Le tout dans une dynamique insufflée depuis le changement d’actionnaire externe: le français Astorg Partners, qui poursuit l’aventure aux côtés des membres du management, également actionnaires. 

«Nous avions choisi Astorg sur base d’un plan établi et que nous lui avions présenté», indique Serge Krancenblum. «Nous ne cherchions pas un ‘actionnaire pour un actionnaire’, mais un actionnaire qui nous permette de poursuivre à construire notre société.»

Après la France avec Equitis dans les services fiduciaires et au Luxembourg avec le multi-family office W&Cie, SGG se tourne donc vers de nouvelles latitudes.

«Nous allons avancer rapidement dans l’intégration», ajoute Serge Krancenblum. «Nos clients ont un vrai besoin d’avoir des services complets tant sur les industries couvertes que sur les zones géographiques.» 

C’est le group chief operating officer, Christiaan Van Houtven, qui aura la tâche de piloter la dernière intégration en date.