ENTREPRISES & STRATÉGIES — Industrie

À Wickrange

Rolls Royce, McLaren et Ferrari sous un même toit



Stéphane Sertang souhaite faire de la future concession de Wickrange «un pôle pour les voitures de luxe et de sport». (Photo: Paperjam.lu / archives)

Stéphane Sertang souhaite faire de la future concession de Wickrange «un pôle pour les voitures de luxe et de sport». (Photo: Paperjam.lu / archives)

Le projet de Stéphane Sertang, CEO du groupe Ginion, d’ouvrir une seule et même concession pour Rolls Royce, McLaren et Ferrari au Luxembourg prend forme. Sur 3.000 mètres carrés et avec l’aide d’un investisseur local à Wickrange.

À la tête d’une concession Ferrari au Windhof depuis 2012 et d’un pop-up store Rolls Royce et McLaren inauguré à deux pas du boulevard Royal lors du dernier Autofestival, le groupe Ginion voit désormais les choses en grand.

Et même en très grand, si l’on en juge par son projet de créer «un pôle pour les voitures de luxe et de sport» qui après plusieurs annonces semble désormais prendre forme, comme l’ont relayé cette semaine nos confrères belges de l’Écho.

Oubliée la Cloche d’Or

Mais alors que Stéphane Sertang, le CEO du groupe, évoquait l’an dernier dans nos colonnes son souhait de s’implanter à la Cloche d’Or, ce n’est finalement pas en périphérie de la capitale, mais dans le bassin minier qu’il aurait jeté son dévolu, ayant choisi Wickrange – au bord de l’A4, entre Ehlange et Pontpierre – pour implanter sa nouvelle concession.

D’une surface de 3.000 mètres carrés, elle réunira en un seul et même lieu Rolls Royce et McLaren, mais également Ferrari, Francorchamps Motors Sport – la concession aux couleurs de la Scuderia – faisant partie de ce projet dont l’Écho révèle qu’il devrait être mené en partenariat avec «un investisseur local».

Après-vente et occasions

En rassemblant les trois marques sous un même toit, l’objectif affiché par Stéphane Sertang serait de doubler ses ventes au Grand-Duché qui ont représenté un total de 59 véhicules, à savoir 43 Ferrari, 9 Rolls Royce et 7 McLaren.

Le CEO du groupe envisage même de faire des affaires au-delà des frontières du pays, soulignant que depuis le Luxembourg «nous pouvons vendre à des Français de Metz, Nancy, jusqu’à Lille, mais aussi à des Allemands».

En complément de ces ventes, il mise également sur le service après-vente et le marché des véhicules d’occasion, toujours dans ces trois marques de luxe.