POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Législatives 2018

Pour Wiseler, l’ADR, «c’est non»



Lors du débat organisé par Maison Moderne mercredi soir, la tête de liste du CSV a de nouveau indiqué qu’une coalition avec l’ADR était exclue. En cause, des positions non compatibles sur plusieurs sujets, notamment l’Europe et l’intégration.

Comme il l’a répété au cours des derniers mois, notamment dans le cadre de la grande interview qu’il a accordée à Paperjam dans son numéro de septembre/octobre, Claude Wiseler s’est montré ferme quant à l’éventualité d’un rapprochement entre son parti et l’ADR en vue de former une coalition après les élections législatives du mois prochain.

«C’est non. Je l’ai dit tout à fait clairement, car un certain nombre de points ne sont, à mon avis, pas compatibles. Nous avons une position européenne qui est extrêmement différente de celle de l’ADR et du parti Déi Lénk, une position sur l’intégration qui est également différente. (…) Et cela n’est pas compatible avec les valeurs du parti chrétien-social», a déclaré le leader du CSV.

Sa réponse intervenait juste après la prise de position de Fernand Kartheiser, qui représentait l’ADR lors du débat, au sujet des possibles coalitions qui intégreraient l’ADR. Un rapprochement avec le CSV serait «le plus logique», selon lui. Et les raisons qui poussent Claude Wiseler à exclure cette option lui «échappent».