ENTREPRISES & STRATÉGIES

Annonce

Nicolas Buck bientôt président de l’UEL



20190201_photo_matic_zorman_2114.jpg

Michel Wurth cédera le flambeau à Nicolas Buck en mars prochain. (Photo: Matic Zorman)

L’actuel président de la Fedil doit succéder à Michel Wurth à la présidence de l’UEL lors d’une assemblée générale qui se déroulera le 7 mars.

L’Union des entreprises luxembourgeoises avait convoqué la presse ce vendredi matin pour une conférence de presse sans objet dans l’invitation.  

Le mystère avait été entretenu en coulisses autour d’une annonce importante: un changement à la tête de l’organisme portant la voix des principales associations professionnelles du pays sur des sujets transversaux.

C’est donc Nicolas Buck qui deviendra président de l’UEL à l’occasion de la prochaine assemblée générale, le 7 mars prochain. Sa candidature a été choisie à l’unanimité par les membres de l’UEL. Nicolas Buck préside la Fedil depuis mars 2016.

Il remplacera Michel Wurth, président depuis 2004. Michel Wurth préside aussi la Chambre de commerce depuis 15 ans.

Michel Wurth a confirmé ce vendredi ne pas se présenter pour un nouveau mandat à la tête de l’institution patronale, qui procédera aussi à une élection en mars prochain. Le nom de l’ancien ministre CSV des Finances, Luc Frieden, continue de circuler en coulisses pour occuper ce poste.

«C’était le bon moment pour céder le flambeau», a commenté Michel Wurth. «L’économie luxembourgeoise est à un tournant et doit tenir compte d’enjeux aussi importants que la digitalisation et le climat. Le rajeunissement des cadres me semble donc aller de soi.» Et pour le président démissionnaire, «la décision de proposer Nicolas Buck est un très bon choix».

C’était le bon moment pour céder le flambeau.

Michel Wurth, président sortant de l’UEL

Le président de la Fedil arrivait au terme de son premier mandat de trois ans. Il était prévu qu’il se représente pour un deuxième au printemps prochain. «Il y aurait eu incompatibilité à cumuler les deux présidences», explique-t-il. Ce sera désormais au conseil d’administration de proposer un nouveau candidat. 

Dans ses nouvelles fonctions, ses deux priorités seront de renforcer la compétitivité des entreprises et leur attractivité, ce qui sous-entend de créer les conditions pour attirer de nouveaux talents.

Fidèle à son franc-parler, Nicolas Buck a insisté sur le mal qu’il pensait des deux nouveaux jours de congé accordés par le gouvernement. «Je ne comprends pas que cette décision ait été prise sans concertation préalable», martèle-t-il. «Je suis déçu. En discutant, nous aurions pu trouver d’autres issues.»

Ces deux jours, précise-t-il, coûteront 220 millions aux entreprises luxembourgeoises. «Les Britanniques sont plus pragmatiques», note-t-il. «Ils prévoient le Bank Holiday un lundi. Cette année, le 9 mai – nouveau jour férié consacré à l’Europe – tombera un jeudi. Vous imaginez les demandes que l’on va recevoir pour le vendredi...»