ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Mobilité

MetroCab : un taxi de Genii



Gerard Lopez (Mangrove) : « Une vision pour l’automobile et la mobilité de demain » (Photo: Olivier Minaire)

Gerard Lopez (Mangrove) : « Une vision pour l’automobile et la mobilité de demain » (Photo: Olivier Minaire)

Mangrove Capital Partners et le groupe Genii soutiennent et financent le projet. MetroCab, un taxi urbain hybride et électrique qui entend révolutionner la mobilité collective en ville, a été présenté en avant-première à Bertrange. Les prototypes sont prometteurs. Le Luxembourg, à terme, en espère aussi des emplois.

Hormis les deux véhicules montrés ce mardi à la presse et à quelques invités, qui ont circulé en démo dans le flot de la route de Longwy, on n’est pas près de voir des MetroCab dans les rues du Luxembourg. Mais que Gerard Lopez en personne et ses associés du Genii Group et de Mangrove Capital Partners présentent un taxi urbain, en avant-première mondiale au Luxembourg, cela suffisait en soi à créer l’événement.

Dans les locaux de l’ACL à Bertrange, en présence notamment du bourgmestre… de Luxembourg, Xavier Bettel, c’est une nouvelle solution, innovante, sociale et écologique, pour la mobilité et les transports collectifs de personnes, qui a été dévoilée.

Investir dans une vision

L’ancrage luxembourgeois est assuré par les capital-risqueurs. « Cela fait longtemps que nous cherchions à accompagner une réflexion révolutionnaire, technologiquement innovante, une vision pour l’automobile et la mobilité de demain », explique Gerard Lopez ». Mangrove et Genii l’ont trouvée dans le travail d’ingénieurs britanniques, sous la bannière du constructeur Frazer-Nash (marque de voitures de sport aux heures glorieuses sur les circuits dans les années trente) : « L’invention d’une technologie unique, entièrement développée et intégrée de A à Z par le constructeur dans les prototypes disponibles », a fait naître un taxi, à 6 ou 7 places, adapté aux personnes en chaise roulante.

Le look de taxi londonien (l’engin est déjà agréé aux normes anglaises pour les taxis et européennes pour l’environnement) cache un hybride efficace, qui affiche 97 % de rendement sur sa consommation d’énergie utile. Avec un peu plus de 3 litres/100 km, en ville, avec 6 passagers et leurs bagages, son moteur thermique rotatif de 800 cm3 ne sert qu’à recharger les batteries spéciales, elles aussi développées par l’inventeur du concept. Les recharges se font par ailleurs, en station et/ou via des panneaux solaires miniaturisés, suivant les mouvements du soleil et jouant sur un effet loupe…

Ouvertures luxembourgeoises

« C’est une réelle solution et elle serait parfaitement adaptée, même sous le soleil de Luxembourg », sourit Gérard Lopez, qui annonce une économie comparée de 22.000 km par véhicule et par an. Ce n‘est évidemment pas pour l’année prochaine. Mais l’ancrage luxembourgeois pourrait aussi, à terme non défini, espérer faire naître des emplois au Grand-Duché. C’est en tout cas une éventualité soulevée par l’homme de Genii Capital.

Pour l’heure, les prototypes lorgnent vers de gros marchés potentiels, en Russie, en Asie. Gerard Lopez parle, entre autres, d’une opportunité de commandes pour 14.000 taxis en Asie du Sud Ouest. Sachant que le véhicule en production revient à 35.000 livres sterling (environ 42.000 euros), on a une idée du marché, qui ne demande qu’à se développer. Les premiers MetroCab sont produits à Turin. Frazer-Nash et ses partenaires investisseurs luxembourgeois ont des opportunités de chaînes de montage en série « dans quatre ou cinq endroits de la planète », selon Gerard Lopez, « en fonction des marchés qui devront être couverts ».

L’Europe et le Luxembourg ? Si ça marche, il faudra une société de commercialisation européenne, « pourquoi pas ici, c’est à étudier », précise-t-il. « On peut de toute manière imaginer qu’il y a un rôle économique à jouer pour le Luxembourg. Pourquoi pas créer des emplois ici, dans le développement technologique, la sous-traitance, la logistique voire l’assemblage ? C’est en réflexion, parmi d’autres possibilités ».

Le MetroCab — et ses déclinaisons possibles — reste, de toute manière, une idée à suivre, qui roule déjà.