ENTREPRISES & STRATÉGIES
SERVICES & CONSEILS

Résultats trimestriels

LVMH ne connaît toujours pas la crise



33325825591_3c450c480d_b.jpg

Le groupe de luxe dirigé par Bernard Arnault a accéléré le pas et dépassé toutes les attentes au premier trimestre, selon les données publiées lundi. (Photo: Licence C.C.)

Le géant français du luxe a présenté, lundi, des résultats trimestriels au-delà des attentes, portés notamment par le secteur de la mode et de la maroquinerie. Sur un an, le chiffre d’affaires du groupe a progressé de 13%.

Avec un chiffre d’affaires de 10,85 milliards d’euros au premier semestre 2018, contre 10,6 milliards escomptés, LVMH confirme non seulement sa bonne santé, mais aussi l’attrait indéniable qu’exerce encore et toujours le luxe. Car le groupe français, composé de pas moins de 70 marques, dont Louis Vuitton, Christian Dior ou Moët & Chandon, affiche une croissance de 13% sur un an. Une progression «à laquelle contribuent tous les groupes d’activité», selon le communiqué du groupe publié lundi.

Dans les faits, la croissance est tirée notamment par la branche «mode et maroquinerie» – Fendi, Christian Dior ou encore Céline – qui a engrangé, à elle seule, 4,27 milliards d’euros de ventes au premier semestre. Soit une progression de 16% sur un an. Le secteur de la «distribution sélective» – Sephora, DFS – voit ses ventes en hausse de 9% à 3,1 milliards d’euros sur la période, tandis que les «vins et spiritueux» – cognacs Hennessy, champagnes Dom Pérignon, Moët & Chandon ou Ruinart – totalisent 1,19 milliard d’euros de chiffre d’affaires. En progression de 10%.

2018 sur la lancée de 2017

Dans son communiqué, le groupe précise que «les volumes de champagne progressent de 1% sur la période, portés par ses principaux marchés. Les cuvées de prestige connaissant les avancées les plus rapides.» En ce qui concerne la branche «parfums et cosmétiques» – Dior, Guerlain, Givenchy –, la hausse affichée est de 17% à 1,5 milliard d’euros, celle des «montres et joailleries» – Bulgari, Tag Heuer, Hublot – connaît un rythme un peu plus élevé encore avec une progression de 20% à 959 millions d’euros.

Pour rappel, LVMH avait enregistré en 2017 une année record avec des ventes situées au-delà des 42 milliards d’euros et un bénéfice net de 5,1 milliards d’euros.