ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Expansion

Luxaviation capitalise sur son actionnaire chinois



capture_decran_2017-04-13_a_15.55.13.png

Sur son plan de vol, Luxaviation a inscrit une prochaine entrée en bourse. (Photo: David Laurent / archives)

La compagnie luxembourgeoise d’aviation d’affaires vient de nouer un nouveau partenariat avec l’opérateur asiatique Business Aviation Asia, détenu par CMIG Aviation, également actionnaire de Luxaviation.

Les synergies se concrétisent pour Luxaviation, avec l’appui de l’actionnaire chinois CMIG Aviation, qui détient un tiers de son capital. La compagnie luxembourgeoise active dans l’aviation d’affaires, et qui est devenue l’une des plus importantes au monde depuis sa création en 2008, annonce ce jeudi un nouveau partenariat.

Conclu avec Business Aviation Asia Ltd (BAA), un des acteurs majeurs de l’aviation d’affaires en Asie-Pacifique, il permet de combiner les expertises de part et d’autre: du côté de BAA, des services de gestion à destination des propriétaires d’avions d’affaires dans la région de la Chine, et du côté de Luxaviation, l’expérience occidentale et son infrastructure de 25 installations d’opérations au sol (FBO) et 15 centres de maintenance (MRO) dans le monde via sa filiale Execujet.

L’accord «va permettre à BAA d’offrir une expertise au nouveau secteur de l’aviation privée chinois qui est en plein essor», précise le communiqué de Luxaviation. La compagnie compte actuellement 260 avions opérés et 1.600 employés dans le monde.

Les deux acteurs misent naturellement sur une offre globale, tant sur le plan technique que de la couverture géographique, pour capter une clientèle haut de gamme.

Zhu Yimin, président de CMIG Aviation et Tom Kunsch, managing director, Luxaviation Asia.

Derrière cette opération, on retrouve donc CMIG Aviation, émanation de China Minsheng Investment Group, qui détient également BAA. Fin 2015, CMIG Aviation avait concrétisé un investissement dans Luxaviation en y injectant quelque 120 millions d'euros. L'acteur chinois détient depuis un tiers de la société et entend profiter de sa présence dans les deux sociétés pour augmenter ses parts de marché en Chine.