POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Gouvernement DP-LSAP-Déi Gréng 2

Les points-clés de l’accord de coalition



20181129_photo_matic_zorman_2052.jpg

Les partenaires définissent leur accord comme «ambitieux et moderne». (Photo: Matic Zorman)

Après plusieurs semaines de travail, un accord a donc été conclu entre les négociateurs du DP, du LSAP et de Déi Gréng. Les chefs de délégation et le formateur Xavier Bettel (DP) ont présenté jeudi ses principales lignes de force. Il sera signé mercredi, suivi d’une présentation du gouvernement Gambia 2.

Un programme ambitieux, moderne et inscrit dans la continuité des cinq dernières années: voilà résumé en quelques mots le programme de gouvernement décrit par le formateur Xavier Bettel (DP) et les chefs de délégation Étienne Schneider (LSAP), Corinne Cahen (DP) et Félix Braz (Déi Gréng). La digitalisation sera ainsi prise en charge par un ministère spécifique, un terme à l’usage du glyphosate est annoncé pour fin 2020, le bio va être promotionné pour atteindre 25% de la production agricole en 2025...

Ses détails seront dévoilés lundi, après une ultime réunion plénière entre les différentes composantes de Gambia 2. Mais quelques-unes des grandes lignes de force ont été présentées, fruit d’un subtil équilibre entre les demandes des uns et des autres, tout en tenant compte de la «force» des différentes partenaires suite aux élections du 14 octobre.

Les points-clés de l’accord

  • Social. Le salaire minimum était une priorité pour le LSAP. Demande entendue, puisqu’il sera revu à la hausse, de 100 euros, dès janvier 2019. C’était une des trois mesures sur lesquelles le LSAP ne pouvait transiger. Il a su convaincre ses partenaires.

Autre nouveauté: deux jours de congé vont aussi être octroyés, dont un férié dès le 9 mai 2019 dans le cadre de «la Fête de l’Europe». C’était – outre la hausse du salaire minimum, le maintien des retraites et de l’indexation – une demande forte des socialistes.

  • Le logement sera un autre dossier chaud des prochaines années. Félix Braz (Déi Gréng) a indiqué que l’autorité publique devra s’y investir plus fortement. Mais aucun détail n’a encore été livré quant à des mesures concrètes.
  • Mobilité. La gratuité des transports publics est acquise, même si aucune date pour son entrée en vigueur n’a été dévoilée. Les Verts y étaient pourtant opposés à travers leur programme. Mais cette gratuité se fera en parallèle à une véritable réforme des frais de déplacement.

  • Justice. La mesure est cette fois inattendue, bien que faisant déjà l’unanimité entre les trois partis: le Luxembourg va autoriser, sous certaines conditions, la consommation de cannabis récréatif pour ses résidents. Le formateur a de suite précisé que cela devrait s’accompagner de campagnes de prévention et d’information, notamment en ce qui concerne les plus jeunes consommateurs. De plus, le Code pénal devra être revu pour s’adapter à cette nouvelle réalité.
  • Fiscalité. Les PME vont bénéficier de certains nouveaux abattements fiscaux tandis que le taux d’affichage sera abaissé de 1% pour les entreprises. La TVA va aussi baisser et s’afficher à 3% pour les travaux de rénovation des habitations. Elle sera aussi de 3% pour les produits d’hygiène. La fiscalité des ménages va aussi changer, avec une seule classe d’impôt tenant compte du nombre d’enfants et pas seulement du statut familial.
  • Santé. Le tiers payant généralisé était en projet. Il n’entrera pas de suite en vigueur. On sait les médecins opposés à celui-ci. Mais le futur gouvernement souhaite aller de l’avant, notamment sur base d’un volontariat qui sera proposé.

Avec ces mesures, les partenaires ont le sentiment de poursuivre leur action pour assurer la prospérité du pays, qui passe par son dynamisme économique. Mais aussi la qualité de vie, la justice et la cohésion sociale.