COMMUNAUTÉS & EXPERTISES
COMMUNICATION

J-1

Les Media Awards pour «montrer qui nous sommes»



media_awards.png

L’édition 2018 aura lieu au Grand Théâtre ce jeudi. (Photo: Archives / Maison Moderne)

Ce 1er février, Maison Moderne et RTL organisent la cérémonie des Media Awards au Grand Théâtre de Luxembourg. C’est pour les sponsors l’endroit parfait pour enrichir leur carnet d’adresses et montrer leur présence.

Les Media Awards, c’est le rendez-vous annuel du secteur de la publicité et de la communication. Une grand-messe qui permet à tout ce petit monde de se retrouver, d’échanger, de voir et d’être vu. En quelques années, c’est devenu un rendez-vous incontournable, et une occasion en or pour les sponsors de toucher tout le secteur et les clients potentiels.

Docler participe aux Media Awards depuis son arrivée au Luxembourg, en 2013: «Nous sommes très actifs dans le secteur de la communication», explique Márton Fülöp, COO, «et c’est une belle occasion de contribuer à l’écosystème local, d’expliquer qui nous sommes, dans une ambiance décontractée.» Cette année, Docler a pour mission de communiquer sur son nouveau produit, le teqball, lors des Media Awards, pour toucher les bonnes cibles.

Il faut donc se montrer et se tenir au courant du marché.

Murat Mutlu, Immo Luxembourg

Même en dehors du secteur propre des ICT et de la communication, l’événement a son intérêt. Ainsi, Murat Mutlu d’Immo Luxembourg doit sans cesse rester en tête de clients potentiels pour rentrer des biens: «Je n’ai aucune difficulté pour vendre, donc de ce point de vue là, je n’ai pas besoin de faire de la publicité. Je fonctionne à l’ancienne, au bouche-à-oreille. Par contre, pour que les clients pensent à moi quand ils veulent mettre un bien en vente, là, j’ai besoin d’être visible. Il faut donc se montrer et se tenir au courant du marché. C’est pour ça qu’un événement comme les Media Awards est important pour nous.»

Pierre Kihn et Olivier Laidebeur d’Office Freylinger sont partenaires des Media Awards depuis le lancement de l’aventure. «Nous aidons nos clients à protéger leurs marques et leur propriété intellectuelle. Nous participons à ce genre d’événement, car c’est l’occasion pour nous de le rappeler. Le risque est réel à l’heure où le copier-coller est si facile.»

Pourtant, avec l’avènement des start-up et autres activités digitales, difficile de protéger des idées et autres concepts: «Un concept n’est pas protégeable en tant que tel, sa matérialisation par contre l’est.» Pour les start-up, Office Freylinger propose un accompagnement adapté selon l’évolution de l’entreprise: «Nous avons des outils de protection en phase avec le produit.»

Rendez-vous jeudi soir au Grand Théâtre pour le lancement de l’édition 2018.