POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Réglementation aux États-Unis

Les cryptomonnaies dans le viseur de la SEC



hand-currency-crypto-currency-money-bitcoin-keep-2643159.jpg

Tout comme le Japon et la Chine, les États-Unis entendent encadrer les plateformes d’échange électroniques, les cryptomonnaies étant considérées dans certains cas comme des titres boursiers. (Photo: Licence C.C.)

La demande du gendarme boursier américain – faite mercredi à toutes les plateformes d’échange – de s’enregistrer auprès de ses services a eu un impact direct sur le cours des cryptomonnaies. Le bitcoin a chuté de 10% pour retomber sous la barre des 10.000 dollars.

Quelques mois après s’être penché sur les projets de levées de fonds numériques (ICO), la Securities and Exchange Commission se penche de plus près sur les cryptomonnaies. Dans une déclaration publiée mercredi, le gendarme boursier américain a annoncé sa volonté d’enregistrer «toutes les plateformes d’échange». Comprenez les plateformes électroniques, les «Exchanges».

«Les plateformes de courtage en ligne sont devenues un outil plébiscité par les investisseurs pour acheter et vendre des actifs numériques, y compris des devises et des jetons proposés à l’occasion d’ICO», a justifié la SEC, qui estime donc que les cryptomonnaies peuvent, dans certains cas, s’apparenter à des titres boursiers. Et à ce titre, elles doivent être réglementées. «De nombreuses plateformes se définissent elles-mêmes comme une place d’échange ce qui peut donner la fausse impression aux investisseurs qu’elles sont réglementées et répondent aux normes d’une plateforme d’échange», note également le régulateur américain.

Chute des cours des principales cryptomonnaies

Cette décision intervient quelques mois après les annonces des régulateurs japonais et chinois, qui ont décidé d’encadrer les cryptomonnaies en septembre 2017, via la délivrance de licences d’exploitation. À noter toutefois que la note publiée mercredi ne devrait pas avoir d’effet avant plusieurs mois pour les plateformes électroniques basées aux États-Unis et les investisseurs américains pouvant pour leur part négocier leurs devises cryptographiques via des bourses étrangères. De son côté, le Luxembourg indique qu’il «ne manquera pas d’adapter sa législation» en fonction de la position adoptée au niveau européen.

Au cours des dernières 48 heures, le cours de l’ensemble des cryptomonnaies a fortement chuté, le bitcoin repassant, mercredi soir, sous la barre des 10.000 dollars.