POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Mobilité

Le carsharing devient réalité en ville



mobizen_recadre.jpg

Le carsharing en ville a déjà fait ses preuves à l'étranger, notamment en France. (Photo: Licence CC)

Comptant parmi les projets sur lesquels la Ville de Luxembourg travaille depuis de nombreuses années, le carsharing – ou système d’autopartage – va être lancé d’ici huit jours à travers la capitale. Avec, dans un premier temps, 10 voitures réparties sur cinq stations.

Service d’abonnement et de location de courte durée de véhicules, qui permet de réduire l’utilisation de la voiture en ville, le carsharing va être officiellement introduit dans la capitale.

Annoncé de longue date par le ministre du Développement durable et des Infrastructures, François Bausch, à l’époque où il était encore premier échevin de la Ville de Luxembourg – c’était en 2011 –, le projet a été freiné par pas mal de questions d’ordre juridique et par d’autres liées à un marché en perpétuelle évolution.

Dix véhicules pour commener

C’est son successeur à la mairie, Sam Tanson, qui a annoncé que 10 voitures «à partager» seront proposées au public à compter du 7 octobre. Il s’agira de VW Polo et d’Opel Meriva qui pourront être réservées à l’avance par téléphone ainsi que par internet.

Différents types d’abonnement seront proposés sur base de tarifs qui seront dévoilés d’ici peu.

Dans un premier temps, les 10 véhicules proposés seront répartis sur cinq stations à travers la capitale: à proximité de l’hôtel de ville (rue Notre-Dame), dans le quartier de la gare (rue du Laboratoire), à Bonnevoie (rue Jean-François Gangler), au Limpertsberg (avenue Victor Hugo), ainsi qu’à Belair (rue Astrid).

Si ce carsharing rencontre le succès escompté, d’autres véhicules, et d’autres stations, pourraient venir compléter le système par la suite.