POLITIQUE & INSTITUTIONS
MONDE

Élections

Le Brésil de Bolsonaro, à droite toute!



bresil.jpg

Les Brésiliens ont choisi le candidat d’extrême droite à plus de 55%. (Photo: Shutterstock)

Fatigué des scandales de corruption, le Brésil a opté pour l’extrême droite et mené à la présidence l’ancien militaire Jair Bolsonaro.

Le Brésil prend, comme on s’y attendait, un virage vers l’extrême droite. Jair Bolsonaro (63 ans) a été élu dimanche avec 55,7% des voix au deuxième tour du scrutin. Son principal concurrent, Fernando Haddad, à la gauche de l’échiquier, a récolté 43,30% des suffrages.

«Nous allons changer ensemble le destin du Brésil», a déclaré dimanche soir l’ancien capitaine de l’armée, Jair Bolsonaro, dans son premier discours, sur Facebook, après l’annonce de sa victoire au deuxième tour de la présidentielle.

«Nous ne pouvons plus continuer à flirter avec le socialisme, le communisme, le populisme de gauche», a-t-il poursuivi.

Pour les électeurs brésiliens, ce choix marque avant tout le rejet d’une classe politique corrompue, marquée par un scandale de corruption qui a mené l’ancien président Lula en prison.

«La prison ou l’exil»

Bolsonaro, partisan de l’ancienne dictature militaire qui a géré le pays entre 1964 et 1985, a encore précisé que son gouvernement «sera composé de personnes qui ont le même but que celui qui m’anime maintenant. Le but de transformer le Brésil en une nation libre et prospère».

Le conservateur Michel Temer, arrivé au pouvoir en 2016 après la destitution par le Parlement de la présidente de gauche Dilma Rousseff dont il était le vice-président, et qui ne s’est pas présenté en raison d’une impopularité record, laissera officiellement le pouvoir à son successeur le 1er janvier.

De son côté, Fernando Haddad a demandé que ses «45 millions d’électeurs soient respectés». Jair Bolsonaro avait en effet promis à ses opposants «la prison ou l’exil».