ENTREPRISES & STRATÉGIES — Immobilier

Annonce officielle

La troisième tour de la CJUE verra bien le jour



Le chantier de la troisième tour de la CJUE ne doit pas dépasser les 168,7 millions d'euros, selon l'accord-cadre signé entre l'État et la Cour. (Photo: CJUE)

Le chantier de la troisième tour de la CJUE ne doit pas dépasser les 168,7 millions d'euros, selon l'accord-cadre signé entre l'État et la Cour. (Photo: CJUE)

Dans les cartons depuis plusieurs années et réclamé régulièrement par les juges européens, le bâtiment a reçu jeudi le feu vert des autorités luxembourgeoises, lors du Conseil de gouvernement.

Les Twin Towers du Kirchberg ne vont pas le rester longtemps. Le Conseil de gouvernement a validé, ce jeudi, la construction d’une troisième tour pour la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE). Cette décision, motivée à la fois par «la croissance de l’activité juridictionnelle et du nombre de ses membres» et par la volonté de «mettre fin à l’hébergement à titre provisoire d’une partie de ses services», a abouti à la mise en place d’un contrat-cadre.

Ce dernier prévoit ainsi que le Luxembourg soit le maître d’œuvre de ce nouveau chantier et que la CJUE lui verse une indemnité de location-achat destinée au «remboursement de l’investissement». Selon les conditions de cet accord, la CJUE doit devenir propriétaire du futur bâtiment «au plus tard» en 2036. Le contrat-cadre de cette cinquième extension de la Cour prévoit que les dépenses «ne peuvent pas dépasser le montant de 168,7 millions d'euros».

Confié à l'architecte français Dominique Perrault, déjà auteur des deux premières tours, le nouveau bâtiment sera implanté dans l'alignement des deux tours existantes et empiétera sur la rue Charles-Léon Hammes. Cette dernière deviendra alors une voie sans issue. D'une hauteur et d'une largeur plus importante, la tour C ne devrait cependant pas dépasser les 110 mètres de haut, selon les informations de la CJUE. Inauguration prévue pour 2019.