POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Législatives 2018

La «Luxembourgish way of life» du DP



meisch_2.jpg

Pour Claude Meisch, le luxembourgeois représente un vecteur d’intégration incontournable. (Photo: DR)

Le DP envisage l’identité du pays de façon «inclusive» tout en insistant sur le renforcement de la pratique du luxembourgeois comme vecteur d’intégration.

Plus de luxembourgeois. Dans le monde des entreprises, dans le secteur de la santé ou à l’école, le DP milite pour que la langue nationale soit davantage pratiquée, différentes mesures à l’appui. 

Premier des cinq chapitres programmatiques qui seront détaillés à la presse, celui consacré à l’identité et à la culture a en effet été uniquement occupé par la langue luxembourgeoise lors d’une conférence de presse organisée ce mercredi, menée par le ministre de l’Éducation nationale sortant, Claude Meisch.

Celui qui est aussi tête de liste dans le Sud (avec Pierre Gramegna) a rappelé que le slogan de campagne du parti, «Zukunft op Lëtzebuergesch», signifie laisser le choix aux habitants quant à leur mode de vie. C’est la «Luxembourgish way of life», lance Claude Meisch.

De l’école aux soins de santé

La récente mise en place d’un centre et la création du poste de commissaire à la langue luxembourgeoise sont deux des maillons d’une politique que le DP veut systématique et participative.

Parmi les mesures annoncées, l’offre de cours de luxembourgeois sur le lieu de travail doit être soutenue, avec une attention particulière dans certains secteurs, comme les soins de santé, afin de permettre au personnel – dont de nombreux frontaliers – de s’exprimer dans la langue nationale.

Le luxembourgeois doit rester la langue d’intégration primaire.

Claude Meisch, DP

Le DP imagine aussi que le luxembourgeois soit admis par les assistants vocaux.

Une «Lëtzebuerger Haus»

Insistant pour conserver et valoriser le patrimoine linguistique, le DP imagine aussi la mise en place d’une «Lëtzebuerger Haus». Ni musée, ni centre culturel, Claude Meisch l’imagine comme un forum présentant la diversité du pays:

La question de l’identité

Naturellement forgée par la langue nationale, l’identité d’un pays qui compte 170 nationalités et 47% d’étrangers dépend d’autres influences. Claude Meisch évoque d’ailleurs un processus permanent qui ne doit pas être accaparé par les responsables politiques:

L’être humain veut savoir où sont les valeurs sûres.

Claude Meisch, DP   

Porté par tous les partis avec plus ou moins d’insistance ou sous différentes formes, le thème de l’identité – avant tout la langue luxembourgeoise – est la réponse, selon Claude Meisch, à la globalisation de l’économie et de la culture:

Le travail et le cadre de vie; les enfants et les chances pour l’avenir; mobilité et infrastructures; économie et finance sont les quatre autres chapitres du programme du DP, qui seront détaillés dans les prochaines semaines face à la presse.