POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Optimisation fiscale

La liste noire des paradis fiscaux déjà corrigée



panama-1675062_1920.jpg

Le Panama est l’une des huit juridictions qui devraient sortir de la liste noire de l’Union européenne mardi prochain. (Photo: Licence C.C.)

Un peu plus d’un mois après avoir présenté 17 juridictions considérées comme «non coopératives», l’Union européenne devrait retirer huit pays de sa liste noire, dont le Panama.

À peine adoptée, déjà modifiée. La liste des paradis fiscaux présentée par l’Union européenne début décembre devrait être allégée de près de moitié. Une décision dans ce sens sera très probablement prise mardi 23 janvier, lors de la réunion du Conseil Écofin. C’est en tout cas ce qu’a indiqué sous anonymat un responsable européen cité par l’agence de presse AFP.

«Sauf accident, les ministres des Finances de l’UE devraient sortir de la liste noire le Panama, la Corée du Sud, les Émirats arabes unis, la Tunisie, la Mongolie, Macao, Grenade et la Barbade», précise-t-il. Ces juridictions auraient fourni des engagements à Bruxelles pour faire évoluer leurs règles fiscales. «Ces engagements ont été évalués par les experts et tout le monde est d’accord pour les enlever de la liste», ajoute la même source.

Ces huit pays devraient passer dans la liste grise et resteront, par conséquent, sous étroite surveillance.

Après l’étude de 92 juridictions par des experts européens, les ministres des Finances des 28 États membres avaient présenté le 5 décembre une liste noire comprenant 17 paradis fiscaux. Une première pour l’Union européenne, qui avait toutefois rapidement essuyé des critiques, notamment sur le fait qu’elle ne retenait aucune juridiction européenne.