POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Revue de presse

La Commission européenne accommodante sur le Brexit



valdis_dombrovsksis.jpg

Valdis Dombrovskis limite son ouverture dans le temps, mais sait que les chambres de compensation sont essentielles à l’industrie financière européenne. (Photo: Commission européenne/Services audiovisuels)

Le vice-président de la Commission, Valdis Dombrovskis, indique au Financial Times que les chambres de compensation situées à Londres pourraient continuer à traiter avec l’UE. Temporairement.

Le pragmatisme va-t-il prendre le pas sur les négociations politiques qui traînent? Le vice-président de la Commission européenne et commissaire en charge des questions financières lance un signal en ce sens concernant les chambres de compensation.

Au Financial Times, Valdis Dombrovskis indique que Bruxelles serait prête à accorder l’autorisation temporaire aux chambres situées à Londres de compenser les produits dérivés libellés en euros.

La Commission européenne envoie ainsi un signal d’adoucissement dans sa position qui était jusqu’ici radicale sur ce sujet. Le Royaume-Uni, considéré dès le 30 mars prochain comme un pays tiers, n’aurait pu être le siège de chambres de compensation pour les transactions de produits dérivés libellés en euros.

Un porte-parole de la Commission précise par ailleurs aux Échos que cet accès se ferait avec «une conditionnalité stricte» et avec «une durée limitée».

De quoi redonner le moral aux entreprises et aux consommateurs britanniques? Il faudrait vraisemblablement plusieurs signaux de ce type, voire une véritable avancée du côté de la Première ministre Theresa May.

Bloomberg note en effet que l’indice de confiance établi par Lloyds Bank est au plus bas depuis le début de l’année.